Cela faisait longtemps que l'on rêvait d'une cantine dédiée au poisson qui soit à l'image du produit et nous rappelle le dépouillement océanique des débuts. Soit un lieu débarrassé du folklore façon banc d'écailler ou plateau de fruits de mer. Dans le genre, Beaucoup Fish s'affiche indépassable avec son décor taillé à la serpe, illuminé par un comptoir en marbre blanc - l'enseigne possède un volet " shop ". Un peu desservi par une situation difficile, à deux pas de la rue de Laeken, l'adresse est l'une des meilleures de la ville en matière de produits de la mer. Outre les délicieuses croquettes aux crevettes (17 euros), il ne faut pas manquer " the catch of the day " que l'on accompagne avec les " side dishes " du moment.
...

Cela faisait longtemps que l'on rêvait d'une cantine dédiée au poisson qui soit à l'image du produit et nous rappelle le dépouillement océanique des débuts. Soit un lieu débarrassé du folklore façon banc d'écailler ou plateau de fruits de mer. Dans le genre, Beaucoup Fish s'affiche indépassable avec son décor taillé à la serpe, illuminé par un comptoir en marbre blanc - l'enseigne possède un volet " shop ". Un peu desservi par une situation difficile, à deux pas de la rue de Laeken, l'adresse est l'une des meilleures de la ville en matière de produits de la mer. Outre les délicieuses croquettes aux crevettes (17 euros), il ne faut pas manquer " the catch of the day " que l'on accompagne avec les " side dishes " du moment. 2, rue Van Gaver, à 1000 Bruxelles.Tél. : 02 218 64 20. www.beaucoupfish.beCette adresse initiée par deux Irlandais joliment lookés - Barry Wallace et Simon Whiteside - a pris ses marques dans le paysage bruxellois et s'est déjà exportée à Anvers. L'esprit ? Retrouver l'honneur perdu du fish and chips par le biais d'un panko (chapelure) qui n'a rien à voir avec l'habituelle " batter " britannique, pâte lourde et monolithique. Le duo a mis en place une formule rôdée. On élit d'abord son poisson : haddock, colin, saumon... Ensuite, on pioche parmi les sauces - ail et truffe, citron cajun, citron vert et curry... -, les accompagnements qui varient au fil du temps - purée de petits pois à la menthe, haricots au chorizo - et les condiments pour assaisonner les frites - vinaigre balsamique et oignons rouges, sel aux algues... 41, rue du Marché au Poulet, à 1000 Bruxelles. www.biamara.comLa Buvette de la Guilde royale de Saint-Sébastien, appelée plus communément Buvette Sint Sebastiaan, a initié le retour des ginguettes à Bruxelles. Situé à l'endroit de la plaine de tir à l'arc du parc Josaphat, l'endroit respire la convivialité. Repris par Bernard Leboucq, l'un des deux patrons de la Brasserie de la Senne, ce petit cabanon fait place à des bières bruxelloises dignes de ce nom - Jambe de Bois, Gueuze Cantillon... -, et déborde d'initiatives fédératrices comme le Friday Fish Party. Tous les vendredis, dès 18 heures, on peut venir se régaler de solettes, gambas, couteaux, poulpes et autres calamars grillés à la plancha. Parc Josaphat, plaine de tir à l'arc, à 1030 Bruxelles.www.buvettesintsebastiaan.comOn doit à Philippe Emanuelli quelques ouvrages définitifs sur les produits de la mer. Une passion qui l'a poussé à imaginer Crab Club. Cette enseigne en forme de réfectoire dénudé a les poulpes, les palourdes et autres tellines pour horizon. Désormais, l'homme croise sous d'autres latitudes. Il n'est pas question pour autant de redouter l'effet Titanic car, à bord du navire, il reste Yoth Ondara, chef sino-thaï redoutable sur le produit. Dans l'assiette, à la faïence reconnaissable entre mille, cela donne des compositions originales : filet de hareng, avocat et oeuf ; oeuf cocotte au tourteau ; pâtes, moules de bouchot et saucisse italienne ; coques et cochon... Bref, une inépuisable combinatoire qu'Ondara pimente à l'Asie. Envie d'exclusivité ? On réserve la table de la cabane de chantier venue des chantiers de Gdansk ou... dans la cave qui recycle le designer Christophe Gevers. 7, chaussée de Waterloo, à 1060 Bruxelles.Tél. : 0472 55 46 95.Si tout le monde connaît le ceviche, cette façon sud-américaine de préparer le poisson cru, le tiradito s'avère plus inédit sous nos latitudes. Dommage, car ce mets à base de poisson coupé en tranches et saucé à la dernière minute vaut le détour. Concept né à Paris, La Cevicheria débarque désormais à Bruxelles avec, dans ses valises, ces incontournables de la cuisine péruvienne proposés sous forme de plats à partager. Les assiettes décoiffent les papilles en raison d'une avalanche d'ingrédients : grenade, citron vert, coriandre, piments, oignons rouges... Des exemples ? Tiradito de thon gingembre (15 euros), poulpe kalamata (16 euros) et un autre bar cru au combawa (16 euros). 578, chaussée de Waterloo, à 1050 Bruxelles.Tél. : 02 203 47 59.Noordzee est l'une des plus belles réussites du bas de la ville. L'histoire s'est faite progressivement. Au départ, les clients fidèles de cette poissonnerie venaient y manger quelques huîtres à la fraîche sur le coin d'un cageot. A l'arrivée, l'endroit a développé un comptoir ultraconvivial qui n'en finit pas de faire le plein. Tous les produits disponibles dans la poissonnerie peuvent être préparés minute et dégustés debout au fishbar, qu'il s'agisse de soles préparées à la plancha ou de sashimis de thon. Les croquettes de crevettes (14 euros) y sont délicieuses et bien chargées en crevettes grises. A ne pas rater : la formule " huîtres et smorebrod ". 45, rue Sainte-Catherine, à 1000 Bruxelles.Tél. : 02 513 11 92.www.poissonneriemerdunord.beS'il ne s'agit pas d'un restaurant spécifiquement axé sur le poisson, ce produit y a systématiquement sa place dans une entrée - et un plat - sur quatre propositions. A chaque fois, qu'il s'agisse de dorade ou de haddock fumé, c'est l'émotion, grâce à des accompagnements audacieux - chou rouge, maïs, livèche... - et des sauces à tomber. En cuisine, Manoé Graftiaux, ancien du Chai Gourmand à Gembloux, cisèle ses préparations à la faveur d'un menu 3 services à 36 euros. En écho à cette maîtrise, le sommelier et patron Michaël Jacques distille des flacons précieux - entre autres les références rhodaniennes du Domaine Jamet. 10, route d'Andenne, à 5310 Eghezée.Tél. : 081 34 55 95. www.autourduvin.beCette belle maison, qui doit son nom au passage d'un certain Hugo, coule des jours tranquilles à deux pas de la place d'Ohain. Aux commandes, un ancien publicitaire y signe des assiettes comme on rédige des slogans, c'est-à-dire de façon simple et créative. Sa spécialité ? Des compositions explosives laissant éclater couleurs et saveurs. Ces coups de force chromatiques ne sont jamais aussi pertinents que quand le poisson est de la partie : carpaccio travaillé à la thaïe ; salade sarde (18 euros) à base de sardines fumées ; mais surtout " bowl " hawaïen (18 euros) à base de riz, saumon cru, avocat, algues, fèves, concombre et chou. 9, rue de l'Eglise Saint-Etienne, à 1380 Ohain.Tél. : 02 633 30 27.www.lacantinevictor.be Situé dans le piétonnier de la rue des Dominicains, pile entre la cathédrale et l'opéra, L'Ecailler fait valoir un beau décor de brasserie parisienne à l'ancienne. L'adresse, qui se tient loin des modes, est rassurante comme le sont ces restaurants qui peuvent prétendre au statut d'institution. L'esprit ? Celui d'une maison de qualité qui travaille depuis plus de trente ans avec la constance en ligne de mire. En témoigne la cuisine signée par Eddy Dekételaere, chef traversant le temps avec l'aisance d'un poisson dans l'eau. L'homme excelle dans un registre intemporel à l'instar de l'aile de raie bouclée au beurre de noisette (24 euros) qui met à genoux, tout simplement. 26, rue des Dominicains, à 4000 Liège.Tél. : 04 222 17 49. www.lecailler.beOn est d'accord : manger sur une péniche - comme dans un wagon -, c'est kitsch. Ça l'est peut-être encore plus lorsque l'embarcation en question ne repose pas vraiment sur un plan d'eau digne de ce nom. Il va falloir laisser ses préjugés au vestiaire en poussant la porte de cette Péniche car, malgré son contexte factice, l'adresse tient les flots. Le petit plateau de fruits de mer (38 euros) est un modèle de fraîcheur envoyé depuis un banc d'écailler rigoureux sur la question de la saisonnalité. Mais, et c'est la force de l'endroit, l'exigence se débusque même dans les préparations plus modestes, comme les moules à l'escargot (15,90 euros) dont l'accompagnement au beurre est sur le fil entre ail, persil, citron, vin blanc et échalotes. 4, chaussée de Huy, à 1300 Wavre.Tél. : 010 22 88 18.www.lapeniche.beA proprement parler, le Moma n'est pas un restaurant uniquement dédié au poisson. Il reste que la proximité du fleuve - cette impression de pouvoir caresser de la main les eaux de la Meuse - invite à piocher dans la partie de la carte qui a le pied marin. Qu'il s'agisse d'iode et d'embruns, ou même d'eaux douces, la bonne surprise est au bout de l'assiette. Rien d'étonnant quand on sait qu'à la conception, on trouve Olivier Bruckner, chef multipliant les projets en Namurois. Les propositions qui changent au fil des humeurs et des saisons se distinguent par une créativité ne perdant jamais de vue le caractère gourmand : maquereaux marinés aux agrumes ; poulpe grillé servi avec des pommes de terre nerveuses et des oignons rouges ; truite en filets avec une crème de pois façon sauce verte... 72, chaussée de Namur, à 5537 Annevoie.Tél. : 0470 86 02 21.Repéré très jeune en cuisine, Ludovic Vanackere est l'enfant prodige de la gastronomie wallonne. Un Billy the Kid dont le restaurant séduit tant le grand public qu'un chef comme Pascal Devalkeneer, qui y pose régulièrement ses deux étoiles. Entreprenant et déterminé, Vanackere a choisi d'emmener son restaurant vers l'autosuffisance. Fin 2017, des bassins de pisciculture verront le jour. But de la manoeuvre ? Maîtriser davantage son produit fétiche, la truite, qu'il travaille de multiples façons - notamment avec un " célerisotto ", une sauce aromatique de poisson à la crème et des chips de quinoa. Menu surprise 3 services pour 38 euros. 2b, rue Bossimé, à 5101 Loyers. Tél. : 0478 13 71 25. www.atelierdebossime.beDans cette brasserie chic aux fauteuils en cuir et tables couvertes de nappes immaculées, on explore la gastronomie du large avec ravissement. Même si la carte compte quelques plats de viandes, on s'orientera à coup sûr vers les poissons et crustacés : harengs au chou-fleur mariné et à la compote d'oignons, homard à la plancha, langoustines frites à l'avocat, à la feta et au coulis de cresson, filet de turbot à la lavande de mer, aux haricots au beurre et à la sauce bouillabaisse... L'offre dépasse sans effort le classique sole-frites. Un incontournable de la côte belge qui fête cette année son 90e anniversaire. 291, Zeedijk, à 8301 Knokke.Tél. : 050 51 21 12.brasseriebristol.beSes expériences au Sea Grill et à La Belle Maraîchère, maison bruxelloise exploitée depuis quarante ans par sa propre famille, ont permis à Christian Devreker de maîtriser toute la finesse de la cuisine du poisson. Il propose aujourd'hui, dans son propre restaurant, avec murs blanchis à la chaux et lustres rouges, une carte classique mais irréprochable. Parmi les best-sellers de l'endroit : le cabillaud poché à la sauce mousseline, les croquettes aux crevettes et la sole meunière, particulièrement savoureuse. L'adresse est une pépite pour les véritables amateurs de mets iodés, du saumon fumé doux à la soupe de homard, mais un petit coin de la carte est néanmoins dédié aux carnivores. 12a, Suikerkaai, à 1500 Halle.Tél. : 02 380 18 44. www.restaurantdekaai.beCelle qui donne son prénom à ce lieu n'est autre que Julia Vyaene-Wittevrongel, fondatrice de la poissonnerie Mare Nostrum, en 1919 - une enseigne qui existe toujours aujourd'hui. A proximité, la quatrième génération a récemment ouvert cette brasserie spécialisée en poisson. Un long bar incurvé et des suggestions sur tableau noir, l'endroit joue la carte de la simplicité. On y va pour se régaler d'un classique : tomates et croquettes aux crevettes, sardines grillées au pesto, sole cuite au beurre... En plus d'une carte séparée dédiée aux huîtres, quatre sortes de plateaux de fruits de mer sont proposés. 2, Arthur Vanhouttelaan, à 8670 Sint-Idesbald (Coxyde).Tél. : 058 62 66 65. www.julia-baaldje.beHuîtres, moules ou sole-frites : cette enseigne mise sur des plats simples mais ultrafrais. Et la formule appliquée depuis quatre générations par la famille Devriendt cartonne. L'instigateur, Pieter Devriendt, a débuté en 1885 en tant que grossiste en poisson et restaurateur avant de devenir propriétaire du premier oesterput de la commune, un bassin à eau de mer dans lequel sont cultivées les huîtres. Son arrière-petit-fils a aujourd'hui repris l'affaire en conservant le nom. Les visiteurs de cette grande baraque en bois située le long du chenal peuvent aussi opter pour un beau plateau de fruits de mer ou un homard au poids (à partir de 450 grammes) en provenance directe du bassin. 16, Wenduinse Steenweg, à 8370 Blankenberge. Tél. : 050 41 10 35. oesterput.comSi certains considèrent le décor de ce nouveau restaurant du sud d'Anvers plutôt froid, d'autres trouvent les murs de briques apparentes, les grandes fenêtres et le bois brut très branchés. Tout le monde s'accorde néanmoins sur un point : Michael Wauters sait préparer le poisson comme personne. A la fois à la tête d'un restaurant et d'une entreprise de restauration, le chef joue avec les produits de la mer avec beaucoup de créativité. Comme lorsqu'il associe du crabe de la mer du Nord à une meringue de soja et des salsifis. Ou du loup de mer à des asperges et un crumble d'oignons, d'algues et de wasabi. La raie aux câpres est le plat qui se rapproche le plus du répertoire classique mais le chef la revisite en y ajoutant un beurre fumé. 8, Verschansingstraat, à 2000 Anvers.Tél. : 03 237 24 79.www.nemoconceptcooking.beUn poêle, de sobres tables en bois, des carreaux en pierre naturelle au sol et des dessins sur les murs : voilà le décor dans lequel est servie la cuisine épurée de Valerie Ryssen. Au menu : des préparations de poisson ultrafraîches qui misent sur la diversité des saveurs, sans pour autant chercher les complications. On optera pour un classique façon croquettes de crevettes, soupe de poisson ou sole au beurre... A moins de préférer l'aventure avec un plat d'inspiration plus contemporaine à l'image du bar cuit sur peau, accompagné d'avocat, concombre, granny-smith et vinaigrette japonaise ; ou encore du filet de turbot, servi avec risotto aux champignons et chips de parmesan. En prime, une jolie terrasse pour les beaux jours. 115, Langestraat, à 8620 Nieuport. Tél. : 058 23 73 86.www.flaviestafel.beIci, on affiche clairement la fraîcheur du poisson ! Dès la porte d'entrée franchie, on aperçoit dans le comptoir rempli de glace les filets de poisson et les fruits de mer qui attendent leur tour pour atterrir sur les assiettes concoctées par Johan Dua. Avec sa soeur Nurai, le chef propose des mets d'une grande simplicité, à l'image des carreaux blancs qui ornent le mur. Le bistro est réputé pour la qualité de ses huîtres (trois sortes sont disponibles), sa soupe de poisson et ses plateaux de coquillages et crustacés. Quelques suggestions viennent s'ajouter sur le tableau noir, comme les coquilles Saint-Jacques aux asperges belges ou les pinces de king crab au four. 54-56, Kasteelpleinstraat, à 2000 Anvers.Tél. : 03 237 49 00. www.visbistro-mojo.be