Qui n'a pas le souvenir d'un dimanche soir en famille ou d'un mercredi après-midi chez une grand-mère où ces délices rassurants se dégustaient tomatés, à la manière d'un barrage contre l'adversité ? A elles seules, les boulettes sont un pan de notre patrimoine gustatif. Fort de ce constat, Ballekes a rodé une formule de grande efficacité. On commande au comptoir la ou les boulette(s) de son choix (porc-boeuf/ poulet/veggie), la sauce (tomate, sirop de Liège...), l'environnement (déposée sur une salade ou coincée dans une baguette) et l'accompagnement (frites croquantes à souhait, chicons-mayo...) Pour moins de 20 euros, on fait bombance !
...

Qui n'a pas le souvenir d'un dimanche soir en famille ou d'un mercredi après-midi chez une grand-mère où ces délices rassurants se dégustaient tomatés, à la manière d'un barrage contre l'adversité ? A elles seules, les boulettes sont un pan de notre patrimoine gustatif. Fort de ce constat, Ballekes a rodé une formule de grande efficacité. On commande au comptoir la ou les boulette(s) de son choix (porc-boeuf/ poulet/veggie), la sauce (tomate, sirop de Liège...), l'environnement (déposée sur une salade ou coincée dans une baguette) et l'accompagnement (frites croquantes à souhait, chicons-mayo...) Pour moins de 20 euros, on fait bombance ! 174, chaussée de Charleroi, à 1060 Bruxelles.www.ballekes.beL'idée ? Signer un bistrot-resto de quartier qui fédère un public varié. Pour y arriver, le lieu a mis les petits plats dans les grands : horaires étendus, terrasse imparable, décoration soignée, équipe super accueillante. Qui trop embrasse mal étreint ? C'est vrai, il y a parfois des faiblesses. On ne peut néanmoins s'empêcher de s'enthousiasmer pour le concept de " plats à partager ", idéal pour un dimanche. Le principe ? Un véritable récipient de cuisson en direct du four que l'on peut attaquer à plusieurs convives. Au menu ? Blanquette, côte à l'os marinée aux trois épices, waterzooi de poisson... 2, Dieweg, à 1180 Bruxelles.Tél. : 02 374 47 19. http://charlotte.brusselsCe bistrot mythique du Sablon a retrouvé ses ors. Comptoir en bois - avec un superbe repose-coude en chêne -, luminaires Art déco, granito réalisé par un artisan liégeois, murs couleur bleu nuit, petites tables rondes, banquettes moelleuses... Le lieu a tout d'un classique. Même en extérieur, rien n'a été laissé au hasard : mobilier en rotin en provenance de la maison Gatti à Paris et chaufferettes turbo-puissantes. On aime le café qui sort d'une mythique Faema Jubilé E61, les vins d'auteur mais surtout les grignotages inspirés façon saumon gravlax ou le banc d'écailler du vendredi au dimanche. 2, rue des Minimes, à 1000 Bruxelles.Tél. : 0479 61 12 56. www.chezrichard.beC'est le rendez-vous du dimanche soir des foodies. Le décor tout en longueur est celui d'une cantine épurée jouant sur les tonalités claires - chêne, osier et bambou. Au-dessus des tables, de gros tuyaux techniques confèrent un aspect brut de béton à l'ensemble. Pour apprécier l'expérience au mieux, on recommande de venir ici à quatre ou six - l'endroit ne se prête pas aux tête-à-tête - et de mettre les assiettes en commun. Pajeon, d'excellentes " crêpes " composées de jeunes oignons et de fruits de mer ; jinmandu, imposantes ravioles cuites à la vapeur, farcies et généreuses sur l'ail ; ou encore yukhwe bibimpap, soit un mets, contenu dans un bol de pierre volcanique brûlant, à base de riz surmonté de boeuf cru, de légumes et d'un jaune d'oeuf. Vins nature et, c'est rare, carte en constante évolution. 510, chaussée de Waterloo, à 1050 Bruxelles.Tél. : 02 346 11 11.Des pizzas et des cocktails, tel pourrait être le pitch. Le décor décontracté emballe : banquettes en cuir capitonné façon Chesterfield, chaises vintage, luminaires industriels, four à bois en mosaïque... Autant d'éléments hétéroclites qui confèrent un certain cachet à l'ensemble. Avec des produits glanés par-delà les Alpes, les pizzas sont terribles à l'instar de la " numéro 8 " (15 euros) qui fait place à de la straccia-tella des Pouilles, de la fior di latte, des tomates jaunes, un pesto de pistache, du basilic frais et du poivre noir. La pâte ? Elle s'affiche digeste et, c'est la signature du lieu, légèrement brûlée en certains endroits, ce qui lui donne un goût torréfié assez caractéristique. 151-153, rue Washington, à 1050 Bruxelles.Tél. : 02 201 75 44.Le bonheur en famille ? Il passe par ces Tontons à l'addition tout sauf flingueuse. L'esprit est celui d'un resto de quartier au comptoir en marbre et aux colonnes cuivrées. A son bord ? Les laissés-pour-compte du gotha gastro : spaghetti bolognaise, pâtes fromage-jambon, coquillettes... Autant de préparations non nées qui reçoivent enfin les honneurs qu'elles méritent grâce à de vrais produits : comté inespéré, jambon ventru, sauce tomate de grande vivacité (rien à voir avec l'habituelle fange acide), truffe râpée... Sans oublier une planche apéro d'auteur - Hoeve Cuvry à Dworp -, des vins délurés (Descombe, Foillard, Nicq et compagnie) et du saké au yuzu. 69, rue du Doyenné, à 1180 Bruxelles.Tél. : 02 217 03 61.Dans un ancien relais de poste, Claude Peignois, Gaumais pure souche, a ouvert ce bar-restaurant en forme d'antre idéal pour convoquer les légendes d'une région à forte identité. La décoration intérieure mêle briques nues, objets chinés, vieux outils et sous-bocks marqués de brèves de comptoir. On vient ici pour une bière régionale comme la Rulles - le must étant de la demander " au tison ", tradition séculaire héritée du monde rural qui a pour effet d'en souligner le caractère fumé. Mais il n'est pas interdit de prolonger l'expérience conviviale à travers l'un des nombreux plats de terroir : potée gaumaise au jambonneau et lard, touffaye du Cassîdje - à base de pommes de terre, oignons, saucisses, spiringue, lard... - ou terrine campagnarde maison. 51, rue Docteur Albert Hustin, à 6760 Ethe (Virton).Tél. : 063 58 18 04.Logé dans une ancienne fabrique de cigares datant de 1935, l'Avenue impressionne par son cadre Art déco. Deux colonnes soutiennent une entrée magistrale, tandis que la salle drapée dans le marron plante une atmosphère jazz feutrée. En cuisine, Laurent De Leener est au diapason d'une cuisine française qui soigne ses harmonies. Carpaccio de thon fumé parsemé de noix de macadamia brisées et rafraîchi d'un granité d'agrumes ; filet de veau bien tendre, cuit à basse température, jus de viande et romarin ; ou encore saint-jacques fumées sauce homardine. Du velours pour un lunch dominical. 1, avenue Général Jacques, à 1400 Nivelles.Tél. : 067 87 88 70.www.avenue-restaurant.beUn dépaysement en proximité ? Lompret figure sur la " short list " des 22 plus beaux villages de Wallonie. Au milieu de cet éden coule une rivière très poétiquement appelée L'Eau Blanche. Elle doit sa couleur aux boues blanchâtres et crayeuses du sol. Au bord de celle-ci, touristes et habitués s'arrêtent dans un petit restaurant éponyme. Le décor est des plus simples, carrelages anciens et vieilles chaises en bois, on pourrait être chez une grand-mère qui nous veut du bien. Le plat phare ici est, sans hésiter, l'escavèche - de l'anguille froide servie avec une sauce vinaigrée et des oignons - que l'on accompagne forcément d'une Chimay. 27, rue Gustave Joaris, à 6463 Lompret.Tél. : 060 21 18 64.C'est un simple café, un troquet comme il en existe des milliers sauf que. Sauf qu'ici, on se pique de pratiquer une gastronomie populaire dans un décor sans relief, entre boiseries et luminaires en fer forgé. La petite carte de brasserie qui se passe de père en fils est un grand moment de sincérité. Le non-Liégeois vient y chercher le duo de boulets (13 euros) accompagnés de frites croustillantes et de mayonnaise comme le veut la tradition. La sauce des boulets est parfaite, parsemée de petits raisins et d'oignons. Les Liégeois, quant à eux, se régalent de l'américain (11,90 euros) ou de la tête de veau (16,50 euros). 112, En Feronstrée, à 4000 Liège.Tél. : 04 223 13 64.Petite adresse sans prétention et au charme fou que l'on doit à Olivier Dailly et Laurence Jacques, Le Chameleux est la halte idéale au bout d'une longue promenade. On se pose à la terrasse - qui semble bénéficier d'un micro-climat - le temps d'une bonne truite meunière croustillante accompagnée de pommes de terre - de Florenville, of course - au lard. Sans oublier la salade vinaigrette coupée au couteau... Le tout pour une recette qui n'a pas varié d'un iota depuis quarante ans. En hiver, on mise sur les plats mijotés, ceux que plus personne n'a le temps de préparer, en ayant pris soin de les commander 48 heures à l'avance. La recommandation : la potée gaumaise, que l'on accompagne d'une grande bouteille de Rulles blonde. 5, Chameleux, à 6820 Florenville.Tél. : 061 31 10 20.www.lechameleux.beLoin des villes, on peut encore s'offrir des moments de grâce. Ainsi d'un repas de midi en bord de Lesse, garanti 100 % fusion avec la nature et les éléments. Le soleil brille mais moins que l'assiette qui met à genoux en deux temps trois mouvements. La terrine farcie au foie gras en entrée raconte un chef soucieux du terroir, soit Olivier Michel, qui travaille avec son épouse Caroline. Le plat, un filet pur de Simmental " simplement béarnaise ", force le respect grâce à une sauce parfaite qui jongle avec le beurre, le jaune d'oeuf, l'estragon, l'échalote et le cerfeuil. En saison, Lesse Capade est le bon plan pour savourer du gibier. 155, rue de la Carrière, à 6927 Resteigne. Tél. : 084 34 40 07.www.lessecapade.beLes quatre amis à l'origine de ce sympathique projet louvaniste conçoivent leur bar comme un lieu public, le jardin de ville en prime. Trois d'entre eux étant architectes, ils ont imaginé un espace circulaire boosté par le travail de jeunes artistes. Pas de grandes ambitions gastronomiques ici, mais on y court pour un café, un lunch ou même le classique brunch du dimanche. Les incontournables de la maison ? Le Stan-Burger ou la lasagne de légumes. 2, Constantin Meunierstraat, à 3000 Louvain.Tél. : 016 88 90 83.www.barstan.beL'inscription " Superette Edwin " trône toujours en grandes lettres sur la façade de cet ancien supermarché pourtant aux mains de Kobe Desramaults depuis un bout de temps. Ce chef mondialement connu grâce à son restaurant In de Wulf a laissé un de ses meilleurs talents prendre les commandes de cette boulangerie qui fait également office de restaurant et de coffee bar. L'intérieur est brut mais charmant et tout y est succulent, de la couque aux raisins aux rillettes de canard, en passant par la pizza tout droit sortie du four à bois. L'adresse joue aussi la carte de l'originalité des associations avec, entre autres, un cake à la citrouille accompagné de burrata, une version revisitée de la salade César ou un jambon aux cornichons gantois et röstis. 29, Guldenspoorstraat, à 9000 Gand. Tél. : 09 278 08 08.www.de-superette.beLa spécialité de ce restaurant implanté sur le site de la brasserie De Koninck ? Les grillades façon spare-ribs ou côte à l'os... de 800 grammes. Murs en briques apparentes, meubles robustes de style industriel et cuisiniers aux commandes d'impressionnants grills américains et argentins forment le décor des lieux. Le dimanche midi, quelques suggestions estampillées comfort food viennent compléter la carte - oeufs Bénédicte, pancakes à la banane cuite, mousse de cacahuètes, crumble de bacon... ainsi que des bruschettas au fromage de chèvre fumé, des chips tortilla au cheddar et du rôti. Pour les enfants, c'est ailes de poulet et crêpes au menu. 1, Boomgaardstraat, à 2018 Anvers.Tél. : 03 230 75 73. http://blacksmoke.beFace au MAS Museum et au quai Willem, cette adresse anversoise est devenue incontournable pour les citadins. Avec son grand bar, ses colonnes blanches et ses murs bruts, l'ancien entrepôt de café, graines, vin et tabac datant de 1860 offre un cadre industriel étonnant pour savourer un brunch, le dimanche midi. Tous les plats typiques s'y retrouvent : croissants, oeufs, bacon et jus de fruits mais aussi des repas plus copieux comme des salades, des soupes et du saumon fumé. Depuis peu, l'établissement propose également un kids brunch en début de mois. 30, Godefriduskaai, à 2000 Anvers.Tél. : 03 203 03 30.http://felixpakhuis.nuIci, c'est comme à la maison. De longs rayons remplis de livres de seconde main - souvent dans la langue de Vondel - posent le décor et chacun vaque à ses occupations dominicales, tantôt installé avec un journal dans l'un des confortables fauteuils du salon, tantôt en train de travailler à table sur son portable - c'est autorisé ! Dans ce cadre, Tabitha Ackaert et Jos Deroo servent de délicieux petits-déjeuners et lunchs légers - tartes originales, croques, salades... De nombreux produits sont d'origine biologique et les propriétaires mettent un point d'honneur à proposer des plats végétariens ou sans gluten. 30, Garenmarkt, à 8000 Bruges.Tél. : 050 70 90 79.www.booksandbrunch.beCe somptueux hôtel est réputé pour ses chambres luxueuses, sa terrasse au vert et son restaurant gastronomique, La Source, dont l'élégante carte est signée Ralf Berendsen. Le dimanche midi, l'établissement régale, en outre, d'un marathon gourmand, en quatre services, des plus alléchants. Après quelques amuse-bouches, les participants sont invités à se servir au buffet d'entrées proposant une impressionnante série de plats froids à base de poisson et de viande. S'enchaînent une soupe et un buffet chaud, avant une tablée de fromages et desserts également gargantuesque. Pour élever encore un peu plus le niveau de ce repas XXL, le sommelier suggère des accords mets-vins soigneusement élaborés. 90, Paalsteenlaan, à 3620 Lanaken.Tél. : 089 73 97 70.www.labutteauxbois.be