A Bruxelles, cette pièce de bois est raffinée et sournoise. Sous ses dehors sympathiques, elle a vite fait de plomber l'addition. A Charleroi, c'est tout l'inverse: ce qu'elle perd en manières, elle le gagne en générosité. Un excelle...

A Bruxelles, cette pièce de bois est raffinée et sournoise. Sous ses dehors sympathiques, elle a vite fait de plomber l'addition. A Charleroi, c'est tout l'inverse: ce qu'elle perd en manières, elle le gagne en générosité. Un excellent exemple est fourni par le Tra Di Noi, enseigne que l'on doit à Vito La Rosa. S'avançant sous l'intitulé "pizzicheria", cet endroit au décor brut noir et orange panache bar et épicerie fine. On s'y arrête entre amis - "tra di noi" signifie "entre nous" - pour commander les abondantes planches en question. La bande-son? De la variété forcément transalpine. Ce midi-là, on s'est embarqué pour une version "De Biasio" (13,50 euros) spécialement concoctée pour le lunch. Malgré un estomac vide et beaucoup de bonne volonté, on n'est pas arrivé au bout du mélange de fromages et de salaisons. Au programme? Légumes grillés, spianata, pecorino, ricotta joliment fermière, gorgonzola, mortadelle, jambon de Parme... Une avalanche dont on ne regrette que les olives aqueuses et les fraises, garniture qui ne fait aucun sens, ne serait-ce qu'à ce moment de l'année.