Cinquième édition pour Goûter Bruxelles, un événement organisé par l'antenne bruxelloise de Slow Food, mouvement international fondé en 1986 pour contrer les fast-foods et la " fast life ". Et voici cinq mobiles pour mordre à pleines dents dans cette Semaine du Goût qui se déroulera du 17 au 23 septembre.
...

Cinquième édition pour Goûter Bruxelles, un événement organisé par l'antenne bruxelloise de Slow Food, mouvement international fondé en 1986 pour contrer les fast-foods et la " fast life ". Et voici cinq mobiles pour mordre à pleines dents dans cette Semaine du Goût qui se déroulera du 17 au 23 septembre. 1. Sourcer les bons producteurs ainsi que les bonnes adresses à Bruxelles et ailleurs. Pendant une semaine, " le goût des aliments produits dans le respect des saisons, des terroirs et des hommes " sera mis à l'honneur. Derrière ce beau projet : des artisans- producteurs qui vouent leur vie à nourrir les autres. Goûter Bruxelles est une excellente occasion de savoir qui ils sont, d'enfin leur serrer la main et de mesurer toute la richesse de leur démarche. 2. Découvrir d'autres ressources et renouveler son assiette au quotidien. Pour favoriser le local à table, l'antenne bruxelloise de Slow Food a noué des contacts avec les chefs qui s'appuient sur des fournisseurs de proximité £uvrant en phase avec les saisons. L'exemple est toujours plus fort quand il vient d'en haut : ainsi du restaurant bruxellois Le Mess dont la directrice, Marie-Pascale van Hamme, travaille main dans la main avec son chef, Fabian Beeckman, pour suggérer un poisson ignoré comme la plie plutôt que les habituels bars de chalut et autres dorades sébastes. La plie étant " un poisson local, qui n'est pas en voie de disparition et dont le prix reste accessible ". 3. Multiplier les ateliers et les expériences pour ouvrir ses horizons gourmands. Goûter Bruxelles propose un programme varié à base de promenades savoureuses, portes ouvertes chez les artisans et les commerçants, conférences, initiations, cours de cuisine, repas conviviaux... On ne résiste pas au plaisir de citer : " antioxydants de chez nous ", " apprendre à réaliser un potager bio sur un balcon ", " show cooking et dégustation des terroirs portugais ". 4. Approcher le ténor de la glace à Bruxelles. Pas assez renommé auprès du grand public, Michel Comus est le maître incontestable de la glace à Bruxelles. Avec sa personnalité bien trempée, l'homme n'est pas facile d'accès. Bonne nouvelle : durant la Semaine du Goût, il ouvre les portes de son salon pour une dégustation à l'aveugle... assortie d'un mystérieux concours. On ne rate sous aucun prétexte cette possibilité de goûter à une palette de parfums épatants. 5. Arrêter de dire des bêtises à propos du vin naturel. S'il fait beaucoup parler de lui, le vin naturel reste encore largement méconnu. Non seulement on le confond souvent avec le vin bio mais en plus on le prend pour un vin sans soufre - ce qui n'existerait pas selon les sceptiques... - ou, pis, pour une piquette de baba. Pour bien comprendre le phénomène, on ne manque pas les dégustations gratuites organisées par Jean-François Basin, importateur parmi les premiers à avoir perçu le potentiel de ces flacons atypiques. www.gouterbruxelles.be Michel Verlinden