La nature a toujours inspiré les créateurs. Aujourd'hui encore davantage, en particulier dans le business de la beauté, où les plantes sont plus que jamais des matières premières essentielles. Les fleurs reines de la parfumerie et championnes des actifs stars de la cosmétique sont au coeur des processus de production, l'objet d'enjeux industriels colossaux. Cela fait plus de trente ans maintenant que Chanel, d'abord, Dior ens...

La nature a toujours inspiré les créateurs. Aujourd'hui encore davantage, en particulier dans le business de la beauté, où les plantes sont plus que jamais des matières premières essentielles. Les fleurs reines de la parfumerie et championnes des actifs stars de la cosmétique sont au coeur des processus de production, l'objet d'enjeux industriels colossaux. Cela fait plus de trente ans maintenant que Chanel, d'abord, Dior ensuite ont conclu des partenariats avec des producteurs grassois afin de sécuriser leur approvisionnement en fleurs et soutenir une agriculture menacée de disparition sous l'effet de la concurrence étrangère et de la pression immobilière. Lancôme, qui se fournissait déjà à Grasse, vient à son tour d'y investir dans des champs de roses, un choix tout naturel pour une maison dont cette fleur a de tout temps été l'emblème. Le futur Domaine de la Rose, qui accueille également une distillerie, connaît aujourd'hui d'importantes restaurations et devrait prochainement être ouvert au public, devenant ainsi un formidable outil de "storytelling", la place de la marque française parmi les acteurs historiques du parfum s'en trouvant renforcée. Autre terroir, autre fleur, car cette fois c'est dans le Béarn, au coeur du village de Gaujacq, que Chanel mène un projet d'envergure autour du camélia, la fleur emblématique de Gabrielle Chanel. Dans cette petite commune des Landes, le botaniste Jean Thoby cultive pas moins de 2 000 variétés collectées à travers le monde entier. Parmi elles, on retrouve les deux plants mères commandés par Coco elle-même il y a plus d'un siècle. Des arbustes tout sauf figuratifs quand on sait qu'ils ont servi de point de départ à la mise en place des cultures de la ferme aux camélias où la maison au double C se fournit en actifs pour l'une de ses lignes de soin. Car cette fleur d'apparence si délicate est en réalité dotée de propriétés hydratantes exceptionnelles. Une fois encore, l'utile sert ici la légende. La griffe, en participant à la protection d'essences pour certaines en péril, se pose en acteur écoresponsable. Un engagement devenu clé pour de plus en plus de consommateurs.