" Nous sommes plus enclins à pratiquer l'indulgence avec les autres qu'avec nous-même. Le fantasme de soi est intéressant à o...

" Nous sommes plus enclins à pratiquer l'indulgence avec les autres qu'avec nous-même. Le fantasme de soi est intéressant à oser affronter, afin de réaliser ce que l'on aimerait être, plutôt que d'être dans le dénigrement, voire dans l'autosabotage, en ne se trouvant jamais assez à la hauteur. La bienveillance est une alliée, elle contribue à mieux accueillir les critiques à notre égard. Se considérer avec compassion et reconnaissance permet d'être davantage dans l'" être " que dans l'" avoir " et le " faire ". Aimons-nous un peu mieux ! "