Concurrence féroce de la vente online, frilosité de la clientèle britannique face à l'inconnue du Brexit... Les premiers arguments avancés par le conseil d'administration de Thomas Cook pour justifier un déficit abyssal de 1,7 milliard d'euros, il y a une dizaine de jours, ne sont bien entendu pas les seuls. Parmi le faisceau de causes à l'origine de cette faillite fracassante, on peut sans doute aussi invoquer la lenteur avec laquelle le paquebot des tour-opérateurs a changé de cap... ne parvenant pas, du coup, à éviter l'iceberg des nouvelles ...