Il ne faudrait jamais réduire une couturière à une petite robe noire faussement simple et à un tailleur souple en tweed gansé. Ce serait passer à côté d'une légende et ignorer sa parfaite maîtrise des contraires,...

Il ne faudrait jamais réduire une couturière à une petite robe noire faussement simple et à un tailleur souple en tweed gansé. Ce serait passer à côté d'une légende et ignorer sa parfaite maîtrise des contraires, à contre-courant des modes, ce qui en assoit la pérennité. Sans fioritures, le Palais Galliera consacre une exposition, la première de ce genre, à Mademoiselle Chanel (1883-1971). Dans son bâtiment désormais agrandi, embelli, le musée parisien déroule chronologiquement ce qui fit l'essence de celle qui lutta effrontément contre tout ce qui aurait pu entraver le mouvement du corps féminin, contre le déséquilibre ingrat des lignes et pour une liberté faite de raffinement et de distinction. Ce Gabrielle Chanel, manifeste de mode donne à voir un savoir-faire éminemment stylé en 350 pièces, souvent inédites, analyse ses codes vestimentaires et inscrit son apport à l'histoire de la mode et de la garde-robe du XXe siècle. Révérence.