QUI ?

Personne. Ou plutôt tout un mouvement qui a révolutionné l'histoire de l'art. Entre 1907 et 1917, le cubisme bouleverse le regard sur le monde à travers une véritable explosion formelle. Derrière ce coup de force esthétique, des noms : Pablo Picasso et Georges Braque bien entendu, mais également Fernand Léger, Juan Gris, Albert Gleizes, Jean Metzinger, Henri Laurens, Fr...

Personne. Ou plutôt tout un mouvement qui a révolutionné l'histoire de l'art. Entre 1907 et 1917, le cubisme bouleverse le regard sur le monde à travers une véritable explosion formelle. Derrière ce coup de force esthétique, des noms : Pablo Picasso et Georges Braque bien entendu, mais également Fernand Léger, Juan Gris, Albert Gleizes, Jean Metzinger, Henri Laurens, Francis Picabia, Marcel Duchamp, Robert et Sonia Delaunay... Sans oublier un marchand comme Daniel-Henry Kahnweiler, dont le rôle ne doit pas être minimisé. Loin d'être un monolithe compact, cette mouvance dissimule un véritable foisonnement qui doit être retracé en ce qu'il ne se limite pas aux seuls géométrisation des formes et rejet des lignes classiques. Pour embrasser la totalité de la constellation cubiste, le Centre Pompidou a réuni quelque 300 chefs-d'oeuvre articulés en quatorze sections chronologiques. Ce vaste panorama, nourri de nombreuses oeuvres cruciales, permet de suivre les méandres de cette " table rase " visuelle, qu'il s'agisse des sources primitives ou de l'influence de peintres tels que Cézanne ou Gauguin. L'institution parisienne pointe aussi les transversalités fécondes, à l'image de celles qui ont lié les artistes de cette génération avec le milieu des lettres (Apollinaire, Max Jacob...). Pour saisir toute la dimension du bouleversement qui s'est opéré au sein de l'art en une dizaine d'années. Très emblématique à cet égard est la Nature morte à la chaise cannée que Picasso réalise en 1912. L'Espagnol initie là un acte de désacralisation - un morceau de toile cirée remplace la toile traditionnelle et une grosse corde fait office de cadre - qui emmène le tableau du côté de l'objet. Après, c'est sûr, on ne peindra plus jamais de la même façon.