" Une célébration sans nostalgie, avec peu d'artifices. " Dries Van Noten signe sa collection N°100, cela se fête. Pas de surenchère, juste la superposition de ses imprimés favoris millésimés, qu'il revisite pour l'occasio...

" Une célébration sans nostalgie, avec peu d'artifices. " Dries Van Noten signe sa collection N°100, cela se fête. Pas de surenchère, juste la superposition de ses imprimés favoris millésimés, qu'il revisite pour l'occasion, leur ajoutant des surimpressions ou des broderies géométriques dans des tons vifs - comment magnifier le présent avec le passé, sans rien renier de son essence, au contraire. Et pour mieux ancrer son histoire dans le temps et la contemporanéité, il convie les mannequins qui lui furent fidèles, de Kirsten Owen à Carolyn Murphy, Alek Wek, Hanne Gaby ou Kristina De Coninck, qui mieux qu'elles pour prouver que ces femmes n'ont rien d'archétypal et se font ainsi les grandes prêtresses d'un homme qui les respecte. " Pour ce 100 e défilé, je rêvais de femmes différentes et fortes, dans mes vêtements, sur un catwalk sobre. L'essentiel était surtout de ne pas être nostalgique. Je voulais que cette garde-robe soit ancrée dans la réalité - un vrai jeans, des chaussures d'homme confortables, des silhouettes qui mêlent Pina Bausch et Peter Lindbergh, lesquels ont fait de moi ce que je suis."