Qui ?

C'est un véritable feu d'artifice visuel auquel nous convie le musée Dhondt-Dhaenens, à Deurle. Celui-ci surgit à la faveur de deux registres d'oeuvres. D'un côté, ce sont les collections de ce lieu de culture qui sont mises en évidence - avec un générique plutôt sérieux qui reprend des pointures telles que Rik Wouters, Albert Servaes, Henri Evenepoel, Constant Permeke ou encore James Ensor. De l'autre, ce bâtiment inauguré en 1968 met en évidence une série d'oeuvres issues de collections privées (Thierry De Cordier, Matt Mullican, Joëlle Tuerlinckx...). Le tout est ponctué d'une suite de reproductions de pièces de Christo, Gilbert & George et Andy Warhol.

© THOMAS SCHÜTTE, MANN UND FRAU, 1986. MATTHYS-COLLE COLLECTION / MUSEUM DHONDT-DHAENENS, DEURLE / THOMAS SCHÜTTE / FOTO: GUY BRA

Quoi ?

Avec Schöne Sentimenten, l'institution entend amorcer une réflexion sur le rôle du musée comme articulation entre le privé et le public. Ceci s'explique en raison des origines de l'endroit qui est né de la détermination d'un couple de collectionneurs flamands. La question pourrait être : quel est l'avenir d'un projet muséal ? L'exposition répond en multipliant les hypothèses et les propositions. L'une d'entre elles étant le dialogue avec ces passions privées que sont les collections particulières.

Pourquoi ?

Pour mesurer combien le goût personnel peut influencer celui du public, notamment pour ce qui est de la diffusion de l'art contemporain à une audience plus large. A ne pas manquer : le travail pénétrant de Lynette Yiadom-Boakye (1977, Londres), peintre qui est actuellement exposée à Venise au sein du pavillon ghanéen.

Schöne Sentimenten, musée Dhondt-Dhaenens, 14, Museumlaan, à 9831 Deurle. www.museumdd.be Du 30 juin au 29 septembre prochain.

© MICHEL FRANÇOIS, 2019. MICHEL FRANÇOIS