Quand elle était enfant, Margarita Carrillo Arronte passait ses après-midis près de sa grand-mère, à la regarder concocter des douceurs debout devant son plan de travail. " Lorsque j'étais sage, elle me faisait "nettoyer" les pales du batteur avec les doigts, que je m'empressais ensuite de lécher, jusqu'à ce que mon visage soit constellé de pâte sucrée délicieuse ou de chocolat ", se souvient la Mexicaine qui a aujourd'hui fait du hobby de sa mamy son métier, enseignant la discipline à l'université, dirigeant deux restaurants et étant également initiatrice d'un mouvement de slow food. Avec son aïeule, la passionnée de bonne chère a surtout appris ...