À 3 200 mètres d'altitude, le regard embrasse le panorama à 360°. Au loin, le massif du Mont-Blanc dessine sa silhouette sur fond d'azur. A l'opposé, c'est la barre des Écrins et de l'Alpe d'Huez qui dévoilent leurs contours enneigés. " Vous êtes ici au coeur des Alpes, la plus belle vue que l'on puisse avoir sur cette chaîne montagneuse ", commente avec fierté Camille Rey, l'un des pionniers de Val Thorens. Ce point de vue imprenable, c'est la Cime Caron, sommet mythique du domaine des 3 Vallées. Depuis la table d'orientation où l'on fait le plein de sérénité contemplative, un détail en contrebas attire l'oeil. Un petit chalet dédié à la restauration, dont les propriétaires s'activent à dégager la terrasse d'une épaisse couche blanche. Que peut-on bien manger si haut perché ? De la pizza baguette surgelée ? Du hot-dog avachi ? Bonne nouvelle : vous n'y êtes pas du tout. Sous l'impulsion de Jean-Pierre Baralo, le Caron Freeride Café est devenu le rendez-vous prisé des riders éclairés. Ce baroudeur, dont les spatules affichent 3 millions de kilomètres au compteur, a promené ses skis dans quelque 180 stations du globe. À 50 balais, l'homme qui est à l'origine du ski-cross a mis ses années poudreuses derrière lui. Mais il n'a pas posé ses valises n'importe où. Avec Eva, son épouse suédoise, et son chien Flocki, il a décidé de reprendre ce qu'il considère comme " l'affaire la plus difficile de Val Thorens ".
...