1 Face cachée

Nombre de designers ont imaginé des variantes aux masques et autres écrans faciaux, couvrant tout ou une partie du visage suivant les modèles. L'architecte chinois Sun Dayung a conçu un bouclier corporel en fibre de carbone, les New-Yorkais de Ligc Applications un masque antivirus au graphène, le duo italien MARGstudio a lui opté pour un modèle gonflable, et les Allemands de Plastique Fantastique proposent une iSphère inspirée de la sci-fi. De grands noms, tels que ...

Nombre de designers ont imaginé des variantes aux masques et autres écrans faciaux, couvrant tout ou une partie du visage suivant les modèles. L'architecte chinois Sun Dayung a conçu un bouclier corporel en fibre de carbone, les New-Yorkais de Ligc Applications un masque antivirus au graphène, le duo italien MARGstudio a lui opté pour un modèle gonflable, et les Allemands de Plastique Fantastique proposent une iSphère inspirée de la sci-fi. De grands noms, tels que Tokujin Yoshioka ou Foster + Partners, se sont penchés sur le concept de visière, et, plus proche de nous, le studio Minimètre en a fourni des milliers, imprimées en 3D, aux professionnels de la santé, avant d'ouvrir ses commandes aux particuliers. minimetre.shop Les espaces publics et lieux de vie en communauté transforment les contraintes évoquées plus haut, et ce fameux mètre cinquante de distance entre soi et autrui, en véritables défis. Benjamin Hubert a ainsi créé un siège de cinéma permettant un écart suffisant entre spectateurs : le Sequel Seat. Le Français Christophe Gernigon a marqué les esprits avec son projet de cloches à suspendre au-dessus des tables des bars et restaurants, tandis que pour les bureaux et espaces de travail, l'éditeur italien Artemide a développé une lampe " antivirus " à technologie UV. Un procédé également utilisé par la Sterilising Lamp de Frank Chou, par ailleurs créateur d'un désinfectant pour les mains qui change de couleur pendant son application. Pour s'assurer que le lavage dure bien les 30 secondes requises. Et un peu pour le fun, aussi.Dès mars, on a vu fleurir toutes sortes de dispositifs censés nous empêcher de poser le doigt sur quoi que ce soit, généralement des boutons. Et outre d'innombrables modèles et variantes de 'safe' ou 'smart' keys en alliage de cuivre antimicrobien - dont l'Américain Peel nous semble le plus élégant -, des designers ont également planché sur la problématique des poignées de portes, en imaginant des extensions susceptibles de les actionner avec le pied (TogoStep, StepNpull, ShoePull, Planet Nohander) ou le coude. On saluera au passage l'entreprise belge Materialise, pionnière de l'impression 3D, qui propose pas moins de 10 types d'ouvre-portes " mains libres ", et laisse les fichiers en open source, donc gratuitement accessible à quiconque souhaiterait s'en imprimer un chez lui.