Le Texlab de Liège et ses machines tournent à plein régime. Stylistes et designers textiles, mais aussi graphistes, plasticien(nes) et photographes trouvent ici un métier à tisser, une brodeuse et autres outils de pointe jusqu'alors...

Le Texlab de Liège et ses machines tournent à plein régime. Stylistes et designers textiles, mais aussi graphistes, plasticien(nes) et photographes trouvent ici un métier à tisser, une brodeuse et autres outils de pointe jusqu'alors difficiles d'accès. "Nous accompagnons les étudiants, les créateurs émergents et les entreprises établies, explique Marie Beguin, chargée de projet. On voit que cela correspondait à un réel besoin en Wallonie, et même au-delà puisque notre infrastructure est enviée à Paris ou à Berlin, d'où nous recevons des demandes." Prêtant à l'expérimentation mais préparant aussi à la production industrielle, l'endroit est témoin à la fois d'ambitions créatives ( en photo, les recherches d'Elisa Maudoux) et d'un désir de réinventer la filière. "Pour les jeunes, produire de façon locale et durable est une évidence. Mais plein de choses bloquent." De fil en aiguille, le Texlab s'est retrouvé au coeur d'une mission de réflexion intersectorielle sur la relance de la filière textile en Wallonie. "A terme, je crois la chose possible", conclut Marie Beguin. D'ici là, l'Instagram @texlabliege lève un bout du voile sur ce qui s'y trame.