Attention, spectacles splendides programmés prochainement à Paris, du 21 au 24 janvier, plus précisément. Comme de coutume, la semaine de la haute couture prépare ses plus beaux atours. Quelque 31 griffes présenteront leur nouvelle collection pour le printemps-été 2019, contre 34 en juillet dernier. Nul doute que les regards seront portés vers les maisons historiques, telles que Dior, Armani, Givench...

Attention, spectacles splendides programmés prochainement à Paris, du 21 au 24 janvier, plus précisément. Comme de coutume, la semaine de la haute couture prépare ses plus beaux atours. Quelque 31 griffes présenteront leur nouvelle collection pour le printemps-été 2019, contre 34 en juillet dernier. Nul doute que les regards seront portés vers les maisons historiques, telles que Dior, Armani, Givenchy, Elie Saab, Valentino ou Chanel - quel décor de folie a cette fois imaginé son directeur artistique Karl Lagerfeld ? Mais il ne faudra pas non plus oublier les labels plus jeunes et avant-gardistes, comme le Japonais Yuima Nakazato, qui revient sur les podiums de la Ville lumière avec sa digital-couture, après avoir été aux abonnés absents lors de la dernière édition, il y a six mois. Autre grand retour annoncé après dix-sept ans hors de ce circuit, celui de Balmain, dont le défilé sera assurément l'attraction de cette Fashion Week. Le dernier show de la marque remonte en effet à 2002, lorsque Oscar de la Renta en était le couturier. Ici, les invités découvriront la première collection couture signée par Olivier Rousteing, à la tête de la direction artistique de la griffe depuis 2011. L'événement aura lieu le soir du mercredi 23 janvier, dans le tout nouveau flagship store du label, inauguré pour l'occasion au 374, rue Saint-Honoré. Manqueront par contre à l'appel cinq enseignes : la styliste d'origine russe Galia Lahav, spécialisée dans les robes de soirée et de mariage, le couturier marocain Noureddine Amir, qui avait pourtant fait des débuts remarqués sur les podiums de la couture parisienne la saison dernière, la Française Adeline André, l'Italien Maurizio Galante et enfin la maison italienne Fendi, qui défile habituellement en juillet, pour dévoiler sa ligne de fourrures hivernales, qui font sa réputation. Mais une chose est sûre : le talent de toutes ces petites mains d'atelier, capables de coudre et d'assembler étoffes précieuses et détails luxueux, sera bien au rendez-vous.