Est-ce la faute aux visages souvent imperturbables des mannequins sur les catwalks et les images de campagne, mais l'on n'associe pas souvent la mode à la joie et à l'exubérance. Un coup d'oeil à quelque 220 clichés puisés dans les archives de Dior démontre qu...

Est-ce la faute aux visages souvent imperturbables des mannequins sur les catwalks et les images de campagne, mais l'on n'associe pas souvent la mode à la joie et à l'exubérance. Un coup d'oeil à quelque 220 clichés puisés dans les archives de Dior démontre qu'il a toujours fait bon rire dans les coulisses d'une maison née sous le signe du plaisir et de la jubilation. Son créateur n'a pourtant pas toujours eu la vie facile, la guerre et les déboires financiers de sa famille lui ont sans doute appris à relativiser et à oser profiter du bonheur lorsqu'il est à portée de main. Prises sur le vif et signées par les plus grands photographes et illustrateurs de ces dernières décennies, les photos rassemblées aujourd'hui dans un ouvrage édité chez Flammarion fixent à jamais la gaieté des jeunes modèles entourant Christian Dior une fois le défilé terminé, mais aussi les égéries de la marque - hommes et femmes - croqués en pleine douceur de vivre. Ces images s'accompagnent d'un " petit traité de la joie " signé Muriel Teodori. Une émotion universelle, assure la psychanalyste française, que l'on a le pouvoir de décréter si on le souhaite. Et qu'il serait en tout cas bien dommage de laisser filer lorsqu'elle passe.