Cette saison, vous lancez une nouvelle collection de tee-shirts, produite pour la première fois au Portugal...
...

Cette saison, vous lancez une nouvelle collection de tee-shirts, produite pour la première fois au Portugal... Je rêvais de pièces en coton, bien coupées, très féminines, avec des imprimés, des broderies... Et c'est vrai que les ateliers portugais ont l'habitude de particulièrement bien travailler cette matière. Mes autres créations sont comme toujours produites en Italie. C'est là que j'ai noué mes premiers partenariats, et j'entends les conserver. L'idée est de réaliser mes collections en Europe, avec une recherche constante de qualité et l'amélioration des finitions. Quels sont les temps forts de votre saison estivale ? J'avais envie de couleurs et de chaleur. Si on ne s'amuse pas avec le vêtement, avec quoi peut-on le faire ? On retrouve trois types d'imprimés, que ce soit la lettre I d'Imprevu réinterprétée sur des looks sportswear, un print zébré fuchsia ou jaune, sans oublier un mix bleu et blanc plus sage, bousculé par des paillettes. L'inspiration est partout, aussi bien sur Internet que dans mon quotidien, dans la déco d'une chambre d'hôtel ou le carrelage d'une piscine. Vous avez lancé Imprevu en 2016. Quel regard portez-vous sur ces trois années passées ? Disons qu'il a fallu faire ses preuves, construire son réseau, convaincre ateliers et boutiques de me faire confiance. Je dois encore me battre au quotidien pour améliorer ma structure en termes de logistique et d'organisation, mais c'est désormais agréable de pouvoir compter sur tous ceux qui sont, au fil des ans, devenus des partenaires. En Wallonie, Imprevu est par exemple disponible dans une cinquantaine de magasins multimarques. L'objectif est de renforcer notre présence en Flandre, puis de convaincre la France et la Suisse de nous vendre, dès l'hiver prochain. Ne nagez-vous pas à contre-courant, en n'ayant pas de boutique en ligne ? Quand j'ai créé ma marque, cela me tenait à coeur de produire des pièces de qualité en Europe, mais aussi de nouer une vraie relation avec les boutiques qui achètent la collection. C'est avec et grâce à elles que le label grandit. Il est donc important de tenir compte de leurs besoins, en leur proposant des éditions limitées six fois par an, sans pour autant que ces looks ne se retrouvent à chaque coin de rue ou soient vendus en ligne. C'est une histoire de respect mutuel.