Vingt ans, c'est une sacrée tranche de vie. Nicolas Degennes dit pourtant que le temps a filé sans qu'il s'en aperçoive, la faute sans doute à la nature même d'un métier qui force " à être toujours demain ". Son truc à lui, c'est le frisson, l'émotion que peut faire naître une texture, une gestuelle inédite ou une couleur versatile posée là où on l'attend le moins. Un exercice auquel il s'est plié dans nos pages avec un plaisir non dissimulé pour célébrer ses deux décennies de présence à la direction artistique du maquillage Gi...

Vingt ans, c'est une sacrée tranche de vie. Nicolas Degennes dit pourtant que le temps a filé sans qu'il s'en aperçoive, la faute sans doute à la nature même d'un métier qui force " à être toujours demain ". Son truc à lui, c'est le frisson, l'émotion que peut faire naître une texture, une gestuelle inédite ou une couleur versatile posée là où on l'attend le moins. Un exercice auquel il s'est plié dans nos pages avec un plaisir non dissimulé pour célébrer ses deux décennies de présence à la direction artistique du maquillage Givenchy. " Une occasion rare ", assure cet amoureux du Japon, d'exprimer ses envies sans filet, juste pour le bonheur de donner à voir des images qui fassent rêver. Il avait bien sa petite idée en arrivant sur le set pour apporter un air de Noël à ce mois d'avril trempé. Une poignée d'étoiles sorties de sa poche, des rouges ardents du plus mat au plus glossy et tout un nuancier de poudres à détourner. Il ne lui restait plus qu'à enflammer le teint perlé de Cassandra... A chaque prise de vue, un nouveau canevas sur lequel il s'appliquera comme un peintre. " La lumière est indissociable des mélanges, précise-t-il. J'essaie de comprendre comment elle naît de certaines couleurs, comment on arrive à corriger l'une par l'autre. Le secret réside dans la superposition. " Cet art de la transformation, c'est d'abord sur les plateaux de télévision et de cinéma qu'il l'exercera, lui qui s'est formé aux effets spéciaux et aux maquillages de scène à l'école Chauveau, à Paris. Il se fera un nom chez Canal+ - la signature en noir et blanc de la chaîne, c'est lui - , tout en collaborant aux défilés de Thierry Mugler, Jean Paul Gaultier et Alexander McQueen. C'est alors que la maison Givenchy le repère et l'entraîne à sa suite dans " une aventure de vingt ans hors du commun " au cours de laquelle le maquillage a fait sa révolution. " La concurrence a changé, le marché aussi, analyse le disciple du créateur de parfums Serge Lutens. Les femmes et les hommes ont à leur disposition de nouveaux outils, je pense aux réseaux sociaux notamment, pour exprimer leur créativité ". Son credo à lui, indéfectible, reste " l'excellence du produit, sans compromis ". Il pense à ce rouge gainé de cuir, à ce mascara à la brosse sphérique, à sa première poudre libre. Mais surtout à celui auquel demain il donnera vie.