Il n'empêche, il a eu lieu, ce festival qui depuis 1986 promeut et soutient la jeune création. Jean-Pierre Blanc, son pugnace fondateur et directeur général, a encore une fois tenu à rappeler combien ce soutien est vital, qui en douterait? Sûrement pas Tom Van der Borght, couronné par le Grand prix du jury Première Vision et le Prix du public, doublé gagnant. Ce créateur belge, né en 1978, diplômé de l'Académie des beaux-arts de Saint-Nicolas en 2012, qui vit et travaille à Gand, a mis tout le monde d'accord. Ainsi du président du jury mode, le créa...

Il n'empêche, il a eu lieu, ce festival qui depuis 1986 promeut et soutient la jeune création. Jean-Pierre Blanc, son pugnace fondateur et directeur général, a encore une fois tenu à rappeler combien ce soutien est vital, qui en douterait? Sûrement pas Tom Van der Borght, couronné par le Grand prix du jury Première Vision et le Prix du public, doublé gagnant. Ce créateur belge, né en 1978, diplômé de l'Académie des beaux-arts de Saint-Nicolas en 2012, qui vit et travaille à Gand, a mis tout le monde d'accord. Ainsi du président du jury mode, le créateur britannique Jonathan Anderson, admiratif du travail de Tom, de son originalité et de ses "nouveaux types de formes et d'engagements envers une silhouette qu'il propose et ce, sans aucun compromis. Il ne s'agit pas d'apprécier quelque chose pour son sens commercial. Il s'agit de la beauté inhérente à la mode, du fait maison, de la technique et du risque que cela implique." Sa collection titrée "7 ways to be TVDB" bouscule le vestiaire masculin, pour autant qu'il y ait une catégorisation possible tant le Gantois se fiche des assignations. Son débridement joyeux et technicolor semble venir en droite ligne de l'enfance. Il est fait d'upcycling de matériaux pauvres, de broderies savantes, de combinaisons osées, de psychédélismes assumés qui entraînent le tout vers "une haute couture trash" en un vrai bombardement des sens. Tom Van der Borght a l'audace d'entrelacer ce qui d'habitude ne se côtoie guère, avec humour et, sous-jacente, "la remise en question des structures sociales dominantes". Le meilleur antidote à la désespérance. Villanoailles-hyeres.com1--Emma Bruschi (France) remporte le Prix accessoires 19M des métiers d'art de Chanel, "médusés par la qualité de son travail et de ses boucles d'oreilles", une collection produite en collaboration avec le plumassier et parurier floral Lemarié. 2--Marvin M'Toumo (France) reçoit le Prix Chloé pour sa silhouette fidèle à l'héritage de la maison. 3--Ddiddue & Juana Etcheberry (France) remporte le Prix Hermès des accessoires de mode pour leur collection de casquettes, leur "audace créative" et leur "réel engagement écoresponsable". 4--Le jury accessoires de mode dote d'une mention spéciale Antonin Mongin, Dimitri Zephir et Florian Dach pour leurs pièces de tête à la qualité de réalisation remarquable. 5--Le Prix du public va à Oubadah Nouktah (France/Syrie) pour sa collection de sacs. 6--Le Grand prix du jury photographie à Guanyu Xu (Chine, Etats-Unis), pour "son exploration de l'identité et une subversion des structures de pouvoir". 7--Le Prix de la photographie American Vintage à Andras Ladocsi (Hongrie), pour son "usage de la photographie comme réenchantement du monde". 8--Et le Prix du public à Dustin Thierry (Curaçao/ Pays-Bas). AFM