Qui ?

Un casting impressionnant d'une grosse trentaine de plasticiens, designers, architectes et collectifs dont la pratique noue un dialogue spécifique avec la nature. Parmi eux, on pointe le très emblématique Tony Matelli, qui s'est fait connaître des esthètes avec ses fameuses " plantes interstitielles ". Pour rappel, l'Américain glissait, au coeur des galeries d'art, de f...

Un casting impressionnant d'une grosse trentaine de plasticiens, designers, architectes et collectifs dont la pratique noue un dialogue spécifique avec la nature. Parmi eux, on pointe le très emblématique Tony Matelli, qui s'est fait connaître des esthètes avec ses fameuses " plantes interstitielles ". Pour rappel, l'Américain glissait, au coeur des galeries d'art, de fausses mauvaises herbes, soit des ersatz réintroduisant par la bande le règne végétal au coeur des lieux desquels il a été banni. Le tout pour un piquant retour du refoulé. Cette proposition est à comprendre dans le contexte de l'anthropocène, notion qui désigne cette période effrayante de l'histoire du monde qui voit l'homme aux commandes du destin planétaire à force de convoiter les énergies fossiles. A l'instar d'un Joseph Beuys qui tirait la sonnette d'alarme dès 1982 - par le biais d'une sculpture monumentale dont le programme consistait à planter, en compagnie de bénévoles, sept mille chênes lors de la Documenta de Kassel -, le propos de Nature morte/Nature vivante entend dérouler une série de travaux qui " suscitent ou favorisent les mécanismes que la nature met en oeuvre pour assurer sa vivacité, sa reproduction et sa durabilité ". Parce qu'à l'heure où tout créateur qui se respecte y va de sa petite contribution à la prise de conscience écologique, l'exposition du CID évite le propos hyperbalisé par le biais d'une démarche ne faisant pas l'impasse sur une position pétrie de contradictions. Plutôt qu'une exposition à thèse ou à thème, Nature morte/Nature vivante se découvre comme un paysage prometteur traversé par les interactions inattendues des êtres qui le peuplent.