Longtemps, on a voulu croire que les femmes ne furent que des modèles pour les artistes en mal d'inspiration et que seule l'ombre seyait aux aventurières qui osèrent peindre, sculpter, dessiner, la liste n'est pas close. Mais l'histoire revue et corrigée raconte désormais autre chose. Et l'art contemporain lui emboîte le pas. Chez Amazone, à Bruxelles, les artistes au féminin ont trouvé un lieu d'expression de leur créativité. Avec l'exposition A corps perdu, elles prennent possession de cette ASBL qui se veut carrefour de l'égalité des genres. Sur les murs, le travail photographique de Marie Mons, Identity, et d'Ophélie Longuépée, Phytophilie (photo), les interrogations graphiques d'Elodie Claus, Woman's Life, les dessins automatiques de Lissa Gasparotto, Cheville, et les sculptures Hors du corps de Laurence Dufaÿ, qui dénonce " l'excision intellectuelle " en plantant en sus dans le jardin son Clitoriz soufflé exubérant. " Qu'est-ce que le corps pour nous ? "

A corps perdu, Art'mazone @ Amazone, 10, rue du Méridien, à 1210 Bruxelles. www.amazone.be Jusqu'au 12 décembre prochain.

A.-F.M.