Qui ?

Une bonne quinzaine d'artistes " bien " de chez nous, selon l'abominable expression consacrée. Leurs noms ? Emilia Bellon (photo), Olivier Bovy, Frans Daels, Jean-Pierre Husquinet, Raymond Langohr, Philippe Luyten, Werner Moron, Luc Navet, Jacques Patris, Christine Renard et Manu tention. Sans oublier trois artistes de la province de Luxembourg - Daniel Daniel, Nadine Martin et Gauthier Pierson - ainsi que deux autres de la province de Liège - André Delalleau et Emmanuel Dundic.

Quoi ?

D'où vient le vent se présente comme une exposition de sculptures-girouettes commandées à des plasticiens d'aujourd'hui. " L'idée est de toucher la population locale avec des créations contemporaines déclinées autour d'un objet familier ", explique Luc Navet, artiste et commissaire de l'exposition. La démarche touche d'autant plus qu'elle se porte sur un élément du quotidien qui véhicule une lourde histoire symbolique. " La girouette n'est pas seulement objet scientifique, oeuvre d'art, distinction honorifique, elle se veut symbole et instrument de protection à mi-chemin entre la relique et le futur paratonnerre ", souligne Jean-Marie Homet, historien français, spécialiste de la question. On soulignera le caractère nomade de l'initiative. Après une halte à Marchin, la proposition s'arrête à Bastogne avant de prendre la route pour de nouvelles aventures, notamment du côté de Tournai et Louvain-la-Neuve. Chaque étape est l'opportunité de nouveaux apports et signatures.

Pourquoi ?

Pour la modestie salutaire de la démarche qui ne manque pas pour autant de sens - quelle jubilation qu'une sculpture qui s'appuie sur l'intangible. Egalement pour découvrir le jardin Saint-François, un lieu de promenade oublié propice au recueillement et à la contemplation.

D'où vient le vent, exposition collective, Jardin Saint-François, 10, rue de la Gare, à 6600 Bastogne. www.lorangerie-bastogne.be Jusqu'au 27 octobre prochain.