C'est l'histoire de quelqu'un qui refuse d'être un pion dans les mains de l'industrie agroalimentaire. Quelqu'un qui n'accepte pas de couper le cordon qui le rattache à la terre et qui fait de ce lien indéfectible son métier. Du plus loin de ses souvenirs d'enfance, Valérie Mostert se rappelle avoir eu la campagne comme toile de fond de son existence. La ferme de ses grands-parents. Les animaux. Les interminables balades à vélo. Autant d'éléments marquants qui l'ont construite. Après des études en philologie germanique et un master en études européennes l'ayant ouverte sur l'altermondialisme, la jeune femme part à la découverte d'autres horizons. Elle choisit l'Amérique latine. Pas en séjournant dans les hôtels de luxe, bien sûr, mais en partageant quatre saisons en épousant les rythmes des paysans de là-bas. C'est-à-dire en ne faisant qu'un avec la Pachamama, la Terre mère. L'expérience la con...