Skafaldo

" Avec le Skafaldo, on a essayé de manipuler le programme qui génère les structures destinées à supporter les impressions 3D. Le détournement consistait à jeter l'impression et garder l'échafaudage qui le soutenait, donc à réfléchir à l'envers : quel objet doit-on créer pour aboutir à cette structure ? Le résultat final s'avère à la fois architectural et organique, disons que c'est la beauté des mathématiques. "
...

" Avec le Skafaldo, on a essayé de manipuler le programme qui génère les structures destinées à supporter les impressions 3D. Le détournement consistait à jeter l'impression et garder l'échafaudage qui le soutenait, donc à réfléchir à l'envers : quel objet doit-on créer pour aboutir à cette structure ? Le résultat final s'avère à la fois architectural et organique, disons que c'est la beauté des mathématiques. "" Ce projet nous a été suggéré par un souffleur de verre. Il avait découvert que les Romains soufflaient du verre dans des moules de terracotta et que, depuis lors, on a un peu oublié comment faire. C'est tout l'intérêt de laisser nos travaux en libre-accès, ça permet à d'autres de s'impliquer. "" Un céramiste traditionnel reconnu nous a dit : "Il existait déjà trois méthodes, la céramique moulée, tournée ou travaillée à la main, voici une quatrième voie." Une fois l'impression terminée - dix minutes dans le cas d'une tasse -, c'est comme pour un objet ordinaire, on peut appliquer les vernis et finitions que l'on veut. Et aussi atténuer les traces de la machine, même si nous préférons les laisser. "" Avec ce tour de potier numérique, on voulait comprendre ce que la machine était capable de faire. Il ne suffit pas de créer une forme sur ordinateur pour l'imprimer. Certaines s'écroulent et il faut les renforcer. On s'est donc inspirés de fruits ou légumes dotés d'une structure interne, comme le poivron, ou des arcs-boutants des cathédrales gothiques. Au lieu de les cacher, on en a fait une caractéristique esthétique. "" C'est une station mobile de duplication, présentée au Salon du meuble de Milan. On dresse toujours le parallèle avec la musique digitale : au départ, l'industrie pensait que le MP3 ne mènerait à rien. Idem pour la digitalisation des produits : on pense que ça ne pourra jamais rivaliser avec ce qui existe. Nous, on ne voulait pas dire que c'était bien ou pas, mais juste amorcer le débat. "" On reçoit beaucoup de propositions de collaborations. On en refuse 99 %, mais on a accepté plusieurs projets tournant autour des fragrances, comme avec ce Peddler mis au point pour le parfumeur Barnabé Fillion. La céramique absorbe le parfum. On l'utilise depuis longtemps comme diffuseur, et c'est ainsi que certaines de nos formes, au départ ornementales, ont trouvé une fonction. "