Et si une collection d'autographes entamée au débotté par un heureux concours de circonstances était finalement une immense lettre d'amour ? Celle du styliste français Christopher Niquet est de cette essence-là. L'homme aime la mode, les photos et les femmes, surtou...

Et si une collection d'autographes entamée au débotté par un heureux concours de circonstances était finalement une immense lettre d'amour ? Celle du styliste français Christopher Niquet est de cette essence-là. L'homme aime la mode, les photos et les femmes, surtout si elles sont mannequins et/ou actrices avec ce petit rien qui fait d'elles des êtres à part. En 2008, il rencontre Peggy Moffitt à Beverly Hills, où Karl Lagerfeld reçoit après un show Chanel, il a vu Blow-Up d'Antonioni où elle crève l'écran quarante-deux ans plus tôt, il trouve en lui suffisamment de courage pour oser lui demander un autographe qu'elle ne lui refuse pas, il l'encadre, avec le portrait que fit d'elle Will Claxton. Depuis, il sauve de l'oubli ces visages, ces corps, ces gestes et cette grâce afin que tout cela ne finisse pas dans les poubelles de l'histoire. Et il en fait un livre, Models Matter, qui réunit cinquante d'entre elles, leurs signatures sous leur portrait par les plus grands photographes de mode qu'il accompagne de courts textes signés par ceux qui les connaissent le mieux. On y croise Inès de la Fressange, Alek Wek, Marisa Berenson, Twiggy, Capucine ou Lauren Bacall, Steven Meisel, Irving Penn ou Richard Avedon, forcément, c'est beau et nostalgique. Models matter, édité par Christopher Niquet, éd. Damiani. A.-F.M.