Lorsqu'elle fait visiter son repaire, en parfaite diva, Maryam Mahdavi parle à un rythme soutenu. Son accent parisien prononcé, ponctué d'intonations orientales, laisse deviner son parcours. Elle vit depuis peu dans notre capitale, est passée par la ville Lumière, mais est en réalité originaire d'Iran. " J'ai grandi à Téhéran. Je puise ma fantaisie dans ces racines et plus particulièrement dans les histoires que me relatait ma grand-mère ", raconte-t-elle. L'expatriée a aujourd'hui posé ses bagages à proximité des étangs d'Ixelles, dans un immeuble datant de 1920, au style bourgeois, et dont les façades contrastent avec l'aménagement des pièces, la décoratrice y ayant ajouté une touche luxueuse très personnelle. L'endroit est aussi en constante évolution puisque sa propriétaire se plaît à inlassablement le réinventer. " Un intérieur, c'est un peu comme un décor de théâtre ", s'amuse celle qui n'a jamais vraiment foulé les planches mais a déjà dessiné de nombreuses scénographies pour les secteurs de la mode, de la beauté et de l'art. Notamment pour Didier Ludot, expert en haute couture vintage, mais aussi pour Clarins, pour la maison d'enchères Artcurial et d'autres grands noms parisiens. L'an dernier, elle a réalisé un incroyable projet sur le thème de la jungle pour la maison d'enchères Cornette de Saint-Cyr à Bruxelles, tandi...