Cela fait 150 ans que les architectes se consacrent, en parallèle de la conception de bâtiments, à la création de mobilier et de luminaires. Si l'on connaît bien le travail qu'ils ont réalisé à l'époque de l'Art nouveau, du Bauhaus ou du modernisme, la période allant de 1960 à aujourd...

Cela fait 150 ans que les architectes se consacrent, en parallèle de la conception de bâtiments, à la création de mobilier et de luminaires. Si l'on connaît bien le travail qu'ils ont réalisé à l'époque de l'Art nouveau, du Bauhaus ou du modernisme, la période allant de 1960 à aujourd'hui, pourtant dotée de spécificités, a jusqu'à présent été peu étudiée. Désormais, comme le dit le Français Jean Nouvel, lui et ses confrères " architecturent " véritablement divans, étagères ou lampadaires, appliquant à une échelle réduite une même réflexion spatiale que pour les édifices qu'ils dessinent. D'un fauteuil fait de cordes rouges des frères Campana (1.) à la lampe de table géométrique d'Ettore Sottsass (2.), l'art de bâtir s'est ainsi véritablement emparé des objets du quotidien. Pour la première fois, une exposition met en lumière la production de ces dernières décennies à la Cité de l'architecture et du patrimoine, à Paris. Au fil de ses galeries et de sa bibliothèque, on y découvre près de 300 pièces, 90 éditeurs et plus de 125 architectes dont Michael Graves, Mario Botta ou encore Verner Panton. Un parcours qui explique également les raisons qui ont conduit tous ces grands noms de la construction à se pencher sur le design. Avec brio.