Il aurait dû s'appeler Club. Mais de l'avis de certains, chez Dior, cela faisait trop " dandy ". Les maquettes étaient là, pourtant, prêtes à partir chez l'imprimeur. Marie-Christine de Wittgenstein, fille de Serge Heftler Louiche, fondateur des parfums Christian Dior, monte dans sa voiture, direction l'usine, pour un brainstorming de la dernière chance. C'est en chemin que " Eau Sauvage " lui apparaît comme une évidence. Il y a bien quelques réticences - d'aucuns se demandent en interne si le terme " eau " n'entravera pas la vente des savons et des mousses à raser - mais sa proposition est finalement adoptée. Le succès sera immédiat et l'adjectif " sauvage " si parfaitement associé désormais à l'univers des fragrances Dior que la marque n'ira pas chercher plus loin lorsqu'il s'agira de lancer, en septembre dernier, un tout nouveau masculin.
...