Souvenez-vous, l'an dernier, un événement jusqu'alors inédit venait bousculer le calendrier déjà chargé des salons dédiés à l'art et au design de galerie. Baptisé Collectible, il se démarquait d'emblée par son positionnement et ses ambitions déclarées, à savoir s'imposer comme un event incontournable, exclusivement dédié au design contemporain de collection du xxie siècle. A la rencontre de ses deux initiatrices, Clé...

Souvenez-vous, l'an dernier, un événement jusqu'alors inédit venait bousculer le calendrier déjà chargé des salons dédiés à l'art et au design de galerie. Baptisé Collectible, il se démarquait d'emblée par son positionnement et ses ambitions déclarées, à savoir s'imposer comme un event incontournable, exclusivement dédié au design contemporain de collection du xxie siècle. A la rencontre de ses deux initiatrices, Clélie Debehault et Liv Vaisberg, on devinait une solide expérience dans le secteur, un goût sûr et un réseau bien garni, soit une série d'atouts qui laissaient présager une belle réussite. Des impressions qui furent confirmées avec une première édition couronnée de succès, qui franchit la barre symbolique des 10 000 visiteurs. Déterminée à s'inscrire dans la durée, la manifestation nous revient nourrie de grandes ambitions, avec un quart d'exposants de plus que l'an dernier - au total, deux stands présents en 2018 ont été reconduits sur trois, laissant encore pas mal de place aux surprises et nouveautés. Car ce qui fait l'une des particularités de Collectible, c'est sans conteste la variété de ses participants : galeries et designers évidemment, mais aussi musées, institutions diverses et même magazines et éditeurs peuvent y occuper un emplacement, où ils exposent les créateurs de leur choix. Internationale, la programmation attire évidemment des professionnels d'Europe et du monde entier, mais, ancrage local oblige, n'oublie pas de réserver une place de choix aux valeurs sûres belges, telles que Victor Hunt, Valerie Traan ou encore MANIERA, ainsi qu'à des nouveautés, comme le retour du collectionneur Thierry Struvay, désormais à la tête d'une galerie privée. Cette deuxième édition marque également l'apparition de deux nouveaux " espaces d'expérimentation et de découverte ", le premier consacré à l'art fonctionnel et aux convergences entre design et art contemporain, alors que le second mettra à l'honneur les jeunes diplômés des écoles européennes les plus réputées.