Ecrire sur le père, c'est forcément le trahir, mais aussi assumer...

Ecrire sur le père, c'est forcément le trahir, mais aussi assumer une fidélité à soi-même. " Ce roman constitue une forme de renaissance et d'affranchissement, dit-elle. Endosser le casque d'auteure m'a permis d'acquérir une nouvelle identité. Grâce à une bonne dose d'inventivité, je préfère retenir le meilleur que le pire. "