Entre ce coffret de bouteille et les bâtiments que vous concevez, vous passez de XXS à XXL ? Quelle est votre préférence ?

Tout ça relève d'un même désir de création. Jeune, je n'ai jamais pensé que j'allais réaliser de grandes choses et gérer des projets d'une telle envergure. Et puis, la vie m'a amené à le faire et j'y ai pris plaisir. Mais, pour moi, la solitude d'écrire seul au milieu de la nuit est également précieuse. Et imaginer un écrin pour une bouteille est tout aussi important.
...

Tout ça relève d'un même désir de création. Jeune, je n'ai jamais pensé que j'allais réaliser de grandes choses et gérer des projets d'une telle envergure. Et puis, la vie m'a amené à le faire et j'y ai pris plaisir. Mais, pour moi, la solitude d'écrire seul au milieu de la nuit est également précieuse. Et imaginer un écrin pour une bouteille est tout aussi important. Je suis né à Bordeaux et je reste Français, sans hésitation. Gaudi, un homme extraordinaire. J'ai appris à me servir du premier mais il ne me convient pas car il empêche de faire des erreurs. Avec le crayon, la main va parfois plus vite que la tête. Et de là peut naître des choses merveilleuses. Il y a quelques années, j'aurais répondu le béton. C'est le matériau de notre culture. Mais j'ai aussi beaucoup utilisé le verre et le métal, qui sont également des matériaux essentiels. En revanche, je ne comprends pas que l'on doive mettre de la pierredans un projet, simplement parce qu'un vieux bâtiment est à proximité. On ne fait qu'imiter l'ancien. C'est de la dissimulation. Et je n'aime pas cela. Les rives de la Garonne. Entre autresàJ'aime les bâtiments forts et primitifs, comme la cathédrale d'Albi. Je me méfie de ce qui n'est qu'élégant. Disons celui conçu par un confrère, Norman Foster, à Hong Kong. Fabriquer des moteurs et les faire tourner. Je n'ai jamais vraiment désiré qu'il m'arrive telle ou telle chose. Tout ce que j'ai vécu dans ma vie, c'est grâce à mon travail, mais aussi à la chance. Je trouve qu'il ne faut pas avoir un rêve de carrière trop figé. De cette manière, si nos désirs sont comblés, c'est formidable ; mais s'ils ne le sont pas, on n'a pas raté sa vie pour autant. Lorsque l'on me dit que ce que je fais est vraiàNe pas être un grand mathématicienà en même temps ! Avoir réalisé l'opéra de Pékin. Ce fut une aventure longue, difficile, dans un pays particulier où les gens sont d'une grande exigence. Cela a duré dix ans et j'ai réellement pu mettre la main à la pâte, en gravant par exemple des plaques de cire pour mouler du bronze. Ceux que j'ai, mais en mieux. Créer et apprendre ! C'est la poésie de la construction. PAR FANNY BOUVRY Je me méfie de ce qui n'est qu'élégant.