C'est ce qui s'appelle maîtriser l'art de l'économie circulaire. Et pourtant, à l'époque, on n'associait pas encore le luxe au recyclage de déchets. Cela fait juste vingt ans que dans ce spa, niché en plein coeur du vignoble bordelais de Smith Haut Lafitte, on donne une seconde vie à des pépins de raisin concassés récupérés à la distillerie. " Quand j'ai appelé cela " vinothérapie ", c'était presque par défi, se souvient Mathilde Thomas, cofondatrice de Caudalie. Mes parents, qui avaient racheté le domaine, voulaient y ouvrir un hôtel. Le spa nous paraissait alors parfaitement complémentaire. " La marque de cosmétiques à base de produits dérivés de la vigne n'en est encore qu'à ses débuts, mais ce lieu unique en son genre va asseoir sa renommée dans le monde entier. On s'y presse pour découvrir le " gommage crush cabernet ", le " massage vigneron " pratiqué avec un bâton de chêne, ce bois dont on fait les barriques, ou l'enveloppement au miel et à le levure de vin. Le tout ponctué de bains d'eau de source chaude riche en fer et en fluor puisée au coeur du terroir. L'entreprise, l'une des rares du secteur à rester encore familiale, a bien grandi depuis et emploie désormais pas moins de 1 000 personnes à l'international. Les Sources de Caudalie, qui ne représentent plus qu'une infime fraction de son chiffre d'affaires, elles, ne désemplissent pas...

https://www.sources-caudalie.com/