Qui ?

Étoile filante ayant trop rapidement quitté ce monde, un accident de voiture fatal à Zwijnaarde, la Namuroise Evelyne Axell (1935-1972) est l'un des noms à retenir du pop art en Belgique - sa compréhension du mouvement a été fortement influencée par les ténors britanniques du genre. Le tout pour une notoriété d'autant plus étendue que, depuis quelques années, plusieurs expositions ont contribué à sortir cette plasticienne de l'ombre dans laquelle son talent végétait injustement. Côté biographie, on notera que celle qui fut la première femme artiste à recevoir le Prix de la Jeune Peinture belge (1969) fit du cinéma, le détail est amusant, mais que, surtout, elle compta parmi les rares élèves de René Magritte - un titre de noblesse en soi.

Quoi ?

Bien vu, à travers de nombreux tableaux, dessins préparatoires et collages, Le Delta donne à voir une proposition tout sauf bateau qui ravira aussi ceux qui connaissent bien le travail d'Axell. Au rang des curiosités, on pointera une tentative de donner vie à son projet de " Musée Archéologique du XXe siècle. Département : Age du plastique ". Il s'agit d'un hymne à ce matériau autrefois porteur d'utopie dont l'intéressée avait imaginé le plan à travers un amas d'objets, un cabinet érotique et même sa propre momie plastifiée.

Pourquoi ?

Pour réaliser un coup double dont le premier volet consiste à découvrir Le Delta, la nouvelle version de la maison de la culture de la Province de Namur redessinée par l'architecte Philippe Samyn. Pour ce qui est du second, Méthodes Pop réjouit en ce que le propos rend compte d'une oeuvre ayant synthétisé son époque, de la société de consommation à la révolution sexuelle.

Evelyne Axell. Méthodes Pop, Le Delta, 18, avenue Fernand Golenvaux, à 5000 Namur. www.ledelta.be Jusqu'au 26 janvier prochain.