C'était l'époque où Paris était " universelle, objet de tous les regards et convoitises ". Le XVIIIe siècle florissant entrait dans les Lumières tandis que les orfèvres, passés maîtres en affaires, façonnaient l'argent en autant d'oeuvres d'art, souvent usuelles. Dans le quartier du Triangle d'or, on voyait fleurir les magasins de luxe soudain chers aux diplomates, aux aristocrates et aux voyageurs impétrants. Le domaine du château de Seneffe ouvre grand les portes de son château à ce siècle-là, et met en scène, comme un fil rouge, la boutique du Maître orfèvre dans laquelle se croisent fort heureusement châtelain, abbé de cour, espionne, auteur à succès, franc-maçon, barbier perruquier, apprenti plâtrier, tavernier, paysan, marchand juif de chocolat ou riche planteur de cannes à sucre de retour des colonies. Soit " 14 personnages, un parcours scénographique évocateur, précise Marjolaine Hanssens, directrice et commissaire. Une mise en évidence d'objets en argent inédite ou peu conventionnelle aux yeux des adeptes d'une présentation classique. Un mélange de genres, une immersion dans des univers spécifiques. " Une visite placée, promet-elle, sous le signe du " il était une fois ".

Le triangle d'or, Domaine du château de Seneffe - Musée de l'orfèvrerie de la FW-B. www.chateaudeseneffe.be Jusqu'au 10 mai 2020.