Cette collaboration faisait-elle partie des nombreuses propositions qu'Olivia et vous recevez pour 42|54?
...

Cette collaboration faisait-elle partie des nombreuses propositions qu'Olivia et vous recevez pour 42|54? Nous avons en effet beaucoup de demandes, et nous sommes obligées d'être sélectives. Les partenariats, c'est chouette, mais nous devons aussi rester disponibles pour travailler à notre propre collection. Nous étions immédiatement partantes pour Tomboy. Je suis une fan de la première heure. Lorsque leur sweat "Tomboy" est sorti en 2013, je l'ai cherché partout. Il était sold-out. De plus, il s'agit d'une marque belge, gérée par des femmes. Mais on se sent surtout proches de leur message qui remet en question la définition stéréotypée de la féminité. Dans le sport aussi, c'est un sujet brûlant. On reproche souvent aux athlètes d'être trop musclées pour être féminines. Du Lycra brillant, des leggings à élastiques, des chaussettes oversized... On ne se trompe pas en déclarant que vous vous êtes inspirées des années 80. Absolument. Tout était alors encore possible dans le sport. Voyez la championne du sprint, Flo-Jo. Elle portait tout ce qu'elle voulait, avait des ongles vernis extralongs, ce qui ne la faisait pas courir plus lentement d'une milliseconde. Elle s'affirmait à la fois au travers de ses vêtements et de ses prestations. Aujourd'hui, l'habillement est devenu plus technique. Le fun a disparu. Tous les athlètes sont identiques, seules les performances les rendent uniques. Doit-on porter cette collection pour jogger? Ou peut-on aussi l'enfiler pour une sortie? Les pièces sont fabriquées à partir de matières techniques belges et italiennes. On pourrait remporter une médaille olympique dans ces tenues. Grâce à notre expérience, on sait de quoi les sportifs ont besoin. Mais outre les leggings et soutiens-gorge, la ligne comprend aussi du prêt-à-porter comme des hoodies et de la maille.