"Je ne prépare que ce que je mange aussi volontiers moi-même ", répond Tim Meuleneire quand on l'interroge sur sa prédilection pour les classiques. " J'aime aussi les associations de produits de luxe et d'ingrédients tout simples, à l'instar du caviar et des pommes de terre proposés dans le menu que j'ai conçu spécialement pour Le Vif Weekend. Ici, pas de sobres patates parsemées d'oeufs de poisson, mais des chips de bintje farcis de caviar à tremper dans un moelleux de pommes de terre dissimulant un coeur de crème épaisse. " Une recette traditionnelle remise au goût du jour dans une préparation moderne et raffinée qui séduit tant les yeux que les papilles.
...

"Je ne prépare que ce que je mange aussi volontiers moi-même ", répond Tim Meuleneire quand on l'interroge sur sa prédilection pour les classiques. " J'aime aussi les associations de produits de luxe et d'ingrédients tout simples, à l'instar du caviar et des pommes de terre proposés dans le menu que j'ai conçu spécialement pour Le Vif Weekend. Ici, pas de sobres patates parsemées d'oeufs de poisson, mais des chips de bintje farcis de caviar à tremper dans un moelleux de pommes de terre dissimulant un coeur de crème épaisse. " Une recette traditionnelle remise au goût du jour dans une préparation moderne et raffinée qui séduit tant les yeux que les papilles. La cuisine du trentenaire rejoint parfaitement l'esprit du boutique-hôtel Franq, lancé il y a un peu moins d'un an au coeur d'Anvers. Installés dans le cadre néoclassique d'une ancienne banque, les lieux marient en effet avec brio ce majestueux patrimoine architectural à une ambiance city chic agréable et contemporaine. Une impressionnante coupole laisse la lumière du jour entrer à flots dans le hall, d'où l'on accède au petit restaurant donnant sur le jardin historique et les annexes. A l'arrière, la maison Den Doorenboom, qui date du xviiie siècle, est un monument classé, dont la salle des coffres historique fait aujourd'hui office de cave à vin. A côté d'une carte où la fine gastronomie côtoie les grands classiques, le bar sert en continu boissons et tapas, le tout dans une ambiance propice au bien-être. " Et c'était bien notre objectif : créer un endroit où les gens peuvent savourer tranquillement un verre ou un bon repas après une journée de shopping ou d'activités culturelles, souligne le chef. Nous sommes à distance de marche de la cathédrale, de la Maison Rubens et des grandes artères commerçantes... Et depuis peu, l'établissement lui-même accueille des accrochages temporaires dans le cadre du projet Kunstpunt. " Le restaurant gastronomique accessible que dirige Tim Meuleneire représente évidemment pour l'hôtel un atout supplémentaire. Chez De Koopvaardij à Stabroek, cette approche originale inspirée de la gastronomie belgo-française traditionnelle avait déjà valu au jeune chef une première étoile Michelin. " Cela dit, je fais simplement les choses à ma manière sans trop me soucier des tendances. Le cadre oblige évidemment à tenir un peu plus compte de la clientèle, mais ici aussi, j'ai largement le champ libre. Quand je prépare des plats classiques, j'aime bien expérimenter avec le mode de cuisson ou incorporer à la recette des ingrédients nouveaux ou " oubliés " en fonction de l'offre saisonnière. Un soufflé figure par exemple sur ma carte des desserts toute l'année, mais pour les fêtes, j'ai choisi d'utiliser un produit à la mode, le chocolat ruby. En été, je proposerai plutôt une version à base d'abricots ou d'autres fruits. Le plat principal est un faisan travaillé dans un pithiviers au foie d'oie et à la truffe. La présentation sous forme de gâteau en fait une recette surprenante et festive, qui libère de délicieux arômes dès qu'on y plonge le couteau. J'adore m'essayer à ce genre d'expérience. Cela se fait malheureusement trop peu à l'heure actuelle. S'il y avait quelque part une adresse proposant des bitterballen à la queue de boeuf, par exemple, j'y courrais ! "