Chaque matin, Carlito et sa petite soeur, âgée d'à peine 6 ans, traversent les plaines de la Patagonie à cheval. Dix-huit kilomètres, qu'il pleuve ou qu'il vente, pour rejoindre les bancs de l'école. Samuel, lui, a 13 ans et habite en Inde. Il doit parcourir quatre kilomètres tous les jours, une épreuve pour ce jeune garçon qui n'a pas l'usage de ses jambes. Se...

Chaque matin, Carlito et sa petite soeur, âgée d'à peine 6 ans, traversent les plaines de la Patagonie à cheval. Dix-huit kilomètres, qu'il pleuve ou qu'il vente, pour rejoindre les bancs de l'école. Samuel, lui, a 13 ans et habite en Inde. Il doit parcourir quatre kilomètres tous les jours, une épreuve pour ce jeune garçon qui n'a pas l'usage de ses jambes. Ses frères, pour le soulager, poussent son fauteuil roulant " fait maison " pendant plus d'une heure, sur le chemin de son établissement scolaire. Ils sont en réalité des millions dans le monde entier, selon l'Unicef, à braver routes dangereuses et imprévisibles dans le but de s'instruire. C'est leur histoire que Pascal Plisson, réalisateur français, avait décidé de raconter en 2013 dans un film documentaire. Marie-Claire Javoy avait alors sorti le livre éponyme quelques temps plus tard. Aujourd'hui, elle est de retour avec Les chemins de l'école, l'aventure continue. Dans cet ouvrage, l'auteure a pris des nouvelles de Carlito, Samuel et les autres. Elle a aussi rencontré d'autres mômes, comme Stas, qui vit dans la péninsule sibérienne, ou Mabally, originaire du Cameroun. Pendant son périple aux quatre coins du monde, plusieurs photographes l'ont accompagnée, de sorte à offrir aux lecteurs un panel de paysages grandioses, pourtant truffés d'animaux sauvages, de montagnes arides ou de pièges en tous genres, que les enfants n'hésitent pas à franchir. On découvre tour à tour les péripéties de ces écoliers, contraints à faire des kilomètres à pied, à dos d'âne ou à vélo pour atteindre le savoir. L'écrivaine expose aussi la vie de ces familles, prêtes à se sacrifier pour que leur progéniture puisse étudier. Elle montre finalement le quotidien hors du commun de huit bambins, réunis par le même désir, celui d'apprendre. Mathilde Mettens