BLEU - BIÈRE PROLÉTAIRE.

Plutôt que de se laisser bluffer par les bières de printemps, mieux vaut avoir en ligne de mire une petite mousse estivale de caractère. Le soleil va comme un gant à la Saison Dupont de la brasserie éponyme, à Tourpes. Au programme, amertume prononcée et jolis arômes de houblon pour cette boisson de fermentation haute qui désaltérait autrefois les ouvriers agricoles.
...

Plutôt que de se laisser bluffer par les bières de printemps, mieux vaut avoir en ligne de mire une petite mousse estivale de caractère. Le soleil va comme un gant à la Saison Dupont de la brasserie éponyme, à Tourpes. Au programme, amertume prononcée et jolis arômes de houblon pour cette boisson de fermentation haute qui désaltérait autrefois les ouvriers agricoles. Environ 6 euros la bouteille de 75cl. www.brasserie-dupont.com Seuls trois chefs figurent parmi les candidats sélectionnés par le Time pour figurer dans le classement - Top 100 - des personnalités les plus influentes au monde. And the winners are ? René Redzepi ( photo), David Chang et, de façon surprenante, José Andrés. Pourquoi Pas ?, fleuron de la presse hebdomadaire belge pendant presque quatre-vingts ans, ne dit aujourd'hui pas grand-chose aux moins de 30 ans - le titre a disparu en 1988. Jorge Tavares da Silva a eu la bonne idée de faire revivre cette époque à travers un prisme décalé : les recettes socio-culinaires de Jeannette Davery, collaboratrice du magazine, sorte de Juliette Nothomb de l'époque. En plus d'être une belle source d'inspiration, l'ouvrage offre un intéressant témoignage d'un passé gourmand. Les Recettes de Jeannette Davery, Pourquoi Pas ? 1965 - 1988, Art et Editions. Delhaize vient de lancer le Cube Direct. Soit une structure amovible représentant un supermarché virtuel, qui parcourra la Belgique pendant deux mois, à partir de laquelle il est possible de faire ses courses ou de créer une liste de shopping en scannant les produits de son choix avec un smartphone. Et le sourire de la caissière dans tout cela ? Avis aux restaurateurs italiens : ce n'est pas parce que l'on a ouvert une adresse qui rend hommage à la cuisine du pays de Dante qu'il faut terminer toutes ses phrases par " signore " ou " signora "... surtout si on s'exprime le reste du temps dans un français teinté d'accent belge. Merci de réserver la couleur locale pour l'assiette. C'est amplement suffisant. PAR MICHEL VERLINDEN. RETROUVEZ SON BLOG SUR LEVIFWEEKEND.BE MICHEL VERLINDEN