" J'ai toujours eu envie de faire rigoler les autres ! " proclame Stéphane Rousseau et cette parole prend tout son sens dans son nouveau one-man-show, adapté par Frank Dubosc. C'est quoi le bonheur ? Faut-il écouter sa tête ou son c£ur ? Et si les deux parlent en même temps ? Dans son spectacle, l'artiste évoque la quête du bonheur, empruntant plusieurs chemins, de la danse au monologue, de la chanson au sketch.
...

" J'ai toujours eu envie de faire rigoler les autres ! " proclame Stéphane Rousseau et cette parole prend tout son sens dans son nouveau one-man-show, adapté par Frank Dubosc. C'est quoi le bonheur ? Faut-il écouter sa tête ou son c£ur ? Et si les deux parlent en même temps ? Dans son spectacle, l'artiste évoque la quête du bonheur, empruntant plusieurs chemins, de la danse au monologue, de la chanson au sketch. " J'y joue mon propre rôle ", confie le comédien de 40 ans, originaire de Montréal où il vit six mois l'année en alternance avec la France. " J'explore différents personnages : le macho, l'enfant, le doux... C'est le spectacle le plus autobiographique que j'ai jamais réalisé ", ajoute-t-il, évoquant les deux aspects de sa personnalité, tiraillée entre la forêt de son Canada et le béton des villes, le rire et l'émotion, la sérénité et l'angoisse. Stéphane Rousseau a 12 ans lorsque sa mère décède. Dernier de la famille, considéré comme " le petit rigolo ", il décide de surmonter les épreuves de la vie en jouant au clown. Télévision, radio, théâtre, cinéma : tout s'enchaîne pour l'artiste aux multiples facettes dont la simplicité séduit. Après un rôle, en 2002, dans le long-métrage " Les Dangereux " qui lui donne les bases du métier, Stéphane Rousseau décroche, en 2003, le rôle du fils, Sébastien, dans " Les Invasions barbares " de Denys Arcand, film désormais oscarisé. " Ce film a un peu changé ma vie, m'a fait rencontrer beaucoup de gens, m'a permis d'aller chercher des émotions que je n'aborde pas habituellement sur scène ", se souvient-il. Les 22 minutes de " standing ovation " à Cannes lui ont d'ailleurs laissé une impression très forte, presque irréelle... Dans la foulée, un an plus tard, l'artiste figure en tête d'affiche de la comédie musicale " Chicago ". Stéphane Rousseau vient également d'achever le tournage d' " Astérix aux Jeux olympiques ", le troisième volet de la série, où il interprète le rôle d'Alafolix, l'amoureux du village. Conçue comme un one-man-show " très québécois ", sa quête du bonheur absolu pourra en surprendre plus d'un puisque le comédien annonce d'ores et déjà " emmener le spectateur là où il ne s'y attend pas, avec beaucoup d'autodérision ". Une petite psychanalyse, tout en humour et en fantaisie. Le 27 mars au Cirque royal, à Bruxelles. Tél. : 02 218 20 15 ; le 28 mars, au Forum, à Liège. Tél. : 04 223 18 18 ; le 29 mars, au palais des Beaux-Arts, à Charleroi. Tél. : 071 31 12 12 ; le 30 mars, au Théâtre royal, à Namur. Tél. : 081 22 60 26. " Il veut surprendre avec beaucoup d'autodérision "Marie Liégeois