Une légende prétend que l'aqueduc romain de Ségovie, au nord-ouest de Madrid, fut bâti par le diable, en personne et en une seule nuit. Voulant en tirer parti, l'office de tourisme local a décidé d'y ériger une statue de l'ange déchu - et pour bien faire com...

Une légende prétend que l'aqueduc romain de Ségovie, au nord-ouest de Madrid, fut bâti par le diable, en personne et en une seule nuit. Voulant en tirer parti, l'office de tourisme local a décidé d'y ériger une statue de l'ange déchu - et pour bien faire comprendre au public ce qu'on attend de lui, le démon brandit un smartphone et sourit à l'objectif. C'est tout ? Non ! Avec son postulat artistique douteux, l'oeuvre a causé une vaste controverse : 10 % de la population ségovienne a même tenté d'empêcher son inauguration, et même pas au nom du plus élémentaire bon goût. D'une part, il offenserait les croyants, et d'une autre, il est jugé trop sympa, alors que le Malin doit être représenté " méprisable et répugnant ". D'aucuns ajoutent en outre que l'idole risque d'attirer des hordes de satanistes, ce qui est plutôt absurde, puisque ce petit Belzébuth bedonnant ne donne justement pas envie de sacrifier des chatons ; et encore faudrait-il que le tourisme sataniste soit une réalité, on se permet d'en douter. Aux dernières nouvelles, la municipalité a tenu bon, et en tous cas réussi son coup de pub. Mais tout de même, des intégristes religieux qui veulent déboulonner un bronze de Satan en train de faire un selfie, ça en dit long sur notre glorieuse époque. Bienvenue en 2019.