C'est un ouvrage qui débute fort heureusement par quelques adages bien sentis, signés, notamment, Erasme - " L'habit fait l'homme " - ou Henri Michaux - " L'habillement d'un peuple en dit beaucoup plus long sur lui que sa poésie (...). L'habillement est une conception du mo...

C'est un ouvrage qui débute fort heureusement par quelques adages bien sentis, signés, notamment, Erasme - " L'habit fait l'homme " - ou Henri Michaux - " L'habillement d'un peuple en dit beaucoup plus long sur lui que sa poésie (...). L'habillement est une conception du monde qu'on porte en soi. Qui songerait à porter quelque chose qui lui est contraire et qui le contredit constamment ? " On en veut pour preuve cette illustration de la page 394, une annonce publicitaire d'un homme en costume de flanelle grise, avec veste droite aux épaules marquées et pantalon droit à plis, large lui aussi, datée de 1957 et qui dit parfaitement bien son époque. Car les vêtements relèvent de la Grande Histoire, les auteurs l'ont bien compris, qui partagent leur conviction, avec talent de pédagogues et passion de passeurs en une Histoire des modes et du vêtement à mettre entre toutes les mains. Sans se départir d'une fascination contagieuse pour la beauté de ces étoffes que la main de l'homme assemble depuis qu'Adam et Eve ont chuté du paradis terrestre, ils les décortiquent, toutes classes confondues, depuis le Moyen Age français jusqu'au tout début du xxie siècle en une somme jamais pensum qui s'épluche dans la jubilation intellectuelle.