On pouvait s'y attendre : l'écologie sous toutes ses formes s'est imposée comme le principal sujet des expos, installations, concours et nouveautés. D'où les nombreuses effusions de verdure, dans les vitrines de La Rinascente avec l'installation Green Life de Sabine Marcelis, sur le stand Fritz Hansen ou à l'expo Naturale au Pala...

On pouvait s'y attendre : l'écologie sous toutes ses formes s'est imposée comme le principal sujet des expos, installations, concours et nouveautés. D'où les nombreuses effusions de verdure, dans les vitrines de La Rinascente avec l'installation Green Life de Sabine Marcelis, sur le stand Fritz Hansen ou à l'expo Naturale au Palazzo Reale. Ce fut par ailleurs l'occasion de voir émerger des techniques ou matériaux inédits - comme le terrazzo en bois recyclé chez Cappellini ou le tissu " zéro chutes " chez Sancal - mais également de réinterpréter et remettre au goût du jour des propriétés connues depuis longtemps - par exemple, les objets en chanvre de Romy Di Donato. Très courue par le grand public, alternant les démonstrations concrètes et la prospective plus pointue, l'expo Broken Nature de la Triennale traitait du rôle que jouerait le design dans la survie humaine - eh oui, on en est là. Bien dans l'air du temps et disposant d'un bel espace à Tortona, la délégation belge, réunie sous le pavillon Belgium is Design, a mis en rapport designers et entreprises durables - l'occasion de découvrir des projets aussi inventifs qu'enthousiasmants, portés par une jeune génération que l'on ne manquera pas de suivre, comme Studio Plastique et sa matière naturelle faite de résine mais dure comme de la pierre, NomadLab, qui mit au point le Nüdelkart, une sorte de plaine de jeux transportable destinée aux enfants réfugiés dans des camps. Mais la star du stand, c'était sans conteste le multi-lit Altezza de Pierre-Emmanuel Vandeputte (lire par ailleurs), un rêve éveillé pour petits et grands, inspiré par Montessori et fabriqué par Mathy by Bols.