Est-ce dangereux ?

Tatouer consiste à introduire un pigment sous la peau à l'aide d'une aiguille. " Bien entendu, le fait de percer l'épiderme implique un risque d'infection, surtout si les conditions d'hygiène ne sont pas optimales ou si le client ne prend pas soin de la plaie correctement ", confirme la dermatologue Christa De Cuyper, auteure, experte en tatouage auprès du Conseil supérieur de la Santé et fondatrice de la European Society of Tattoo & Pigment Research.
...

Tatouer consiste à introduire un pigment sous la peau à l'aide d'une aiguille. " Bien entendu, le fait de percer l'épiderme implique un risque d'infection, surtout si les conditions d'hygiène ne sont pas optimales ou si le client ne prend pas soin de la plaie correctement ", confirme la dermatologue Christa De Cuyper, auteure, experte en tatouage auprès du Conseil supérieur de la Santé et fondatrice de la European Society of Tattoo & Pigment Research. L'encre, elle aussi, peut être source de problèmes. En effet, les pigments qu'elle contient ne sont pas conçus spécifiquement pour les tatouages, mais pour des applications industrielles, par exemple dans les domaines du caoutchouc et de la peinture. De plus, l'étiquette ne donne aucune indication quant à la pureté du produit. " Les impuretés sont potentiellement nuisibles, et les colorants peuvent causer des complications telles que des réactions allergiques qui se manifestent parfois seulement au bout de quelques mois, voire quelques années, surtout lorsque des pigments rouges sont utilisés. " Nous ne disposons pas de chiffres concernant la Belgique, mais notre spécialiste se base sur des études allemandes selon lesquelles 30 à 50 % des personnes se plaignent d'effets secondaires légers tels que démangeaisons, douleurs ou hypersensibilité au soleil et, dans 5 % des cas, de complications graves. Une hygiène rigoureuse et le recours à des fabricants d'encres fiables permettent de limiter les risques. En Belgique, les recommandations européennes relatives à l'hygiène et à la sécurité des encres sont d'application, mais elles ne sont malheureusement pas obligatoires. De plus, dans la pratique, les contrôles sont rares. Choisissez un artiste expérimenté dont le style vous plaît et vérifiez sa licence et ses références. Un professionnel travaille de manière hygiénique : lavage des mains, port de gants jetables et recours à des aiguilles stériles emballées séparément. Il doit également vous remettre des informations écrites à propos des éventuels effets secondaires et contre-indications, ainsi qu'un document détaillant les propriétés de l'encre utilisée afin que votre médecin dispose de toutes les informations en cas de complications. Posez un choix judicieux. L'amour ne dure pas toujours aussi longtemps qu'un tatouage. " Apportez des modèles, réfléchissez à la taille, aux couleurs et à l'endroit où vous souhaitez l'appliquer, conseille Joe Dynamite de Glorybound Tattoo Antwerp. Plus vous serez précis, mieux le tatoueur réalisera vos souhaits. Et si vous êtes tenté par une citation dans une langue étrangère, vérifiez-en la graphie ou l'orthographe. Pensez à ces footballeurs qui ont été la risée du public à cause d'un mot ayant une signification douteuse. " Si l'expert conteste votre choix, c'est qu'il a une bonne raison... Certaines zones sont plus sensibles que d'autres. " Là où la peau est plus fine, la douleur est plus vive, affirme Joe. Et aux endroits composés de cartilage, vous sentez l'aiguille vibrer dans tout votre corps. Le membre le moins douloureux est le bras. " Cette option est d'ailleurs la plus courante chez les hommes. Les femmes, quant à elles, accordent plus d'importance à l'élégance : " Elles préfèrent les zones plus discrètes, comme le poignet, l'épaule ou se font tatouer une petite phrase sur les côtes, sous la poitrine ou le long de la clavicule. " Veillez à ce que votre immunité soit au top. " Il est crucial de passer une bonne nuit la veille et de prendre un petit- déjeuner copieux. Pensez aussi à vous détendre et à respirer calmement pendant l'exécution du tatouage ", complète notre interlocuteur. Après l'intervention, il est important de suivre scrupuleusement les instructions du tatoueur, c'est-à-dire s'abstenir de nager, de prendre un bain et d'aller au sauna pendant au moins deux semaines afin d'éviter toute infection. Pour prévenir les taches pigmentaires, ne vous exposez pas au soleil les trois premiers mois. Et n'oubliez pas que celui-ci atténue les couleurs. " Une bonne protection anti-UV réduira cet effet ", conseille le docteur De Cuyper. Par ailleurs, il existe une grande variété de nouveaux produits permettant de prendre soin des tattoos. Un savon doux ou un gel douche pour peau sensible peut convenir également. Selon Joe Dynamite, ces derniers temps, le tatouage traditionnel est très prisé : " Il s'agit de petits tableaux expressifs, parfois un peu naïfs, représentant la beauté féminine ou des moutons, serpents, panthères aux contours épais, une ombre ténébreuse et quelques couleurs. Le néo -traditionnel est une variante moderne de ces thèmes, souvent sur un arrière-fond style Art nouveau. " Les motifs tribaux et les tatouages inspirés de célébrités ont aussi la cote. Comme l'underboob de Rihanna, un motif sous les seins, ou le sleeve de David Beckham, qui emballe le bras comme une manche.