Il avait toujours un bloc, même la nuit, près de son oreiller, du côté où ne dormait pas Choupette. N'aimait-il pas raconter qu'une collection toute entière pouvait naître d'un rêve, voire même d'un cauchemar ? Alors il devait se tenir prêt à saisir l'inspiration, à chaque instan...

Il avait toujours un bloc, même la nuit, près de son oreiller, du côté où ne dormait pas Choupette. N'aimait-il pas raconter qu'une collection toute entière pouvait naître d'un rêve, voire même d'un cauchemar ? Alors il devait se tenir prêt à saisir l'inspiration, à chaque instant. Il fallait oser raconter les coulisses de la maison Chanel au travers d'un autre coup de crayon que celui, si reconnaissable, de Karl Lagerfeld. Le trait de Jean-Philippe Delhomme n'a pas son pareil pour croquer la mode. Aux côtés de la journaliste Laetitia Cénac, il s'est mêlé pendant de nombreux mois aux mannequins, aux petites mains du studio, allant jusque chez les artisans d'art comme le brodeur Lesage, le chapelier Michel ou le gantier Causse pour témoigner de l'excellence et de la minutie des hommes et des femmes de l'ombre. Au fil des pages, on reconnaît aussi avec émotion les images du dernier défilé de prêt-à-porter auquel assista Karl Lagerfeld, cette plage de sable fin reconstituée en plein mois d'octobre sous la verrière du Grand Palais, à Paris. Il était venu saluer sur le ponton en bois, avec à ses côtés Virginie Viard qui le remplace aujourd'hui. L'ouvrage est parti sous presse le 19 février dernier, jour du décès du créateur. On ne pouvait rêver plus bel hommage.