Dis-moi où tu dégustes, je te dirai qui tu es ? A l'heure où manger s'affiche comme une profession de foi, voire un véritable engagement politique, plus personne n'est dupe : fréquenter une cantine plutôt qu'une autre revient à choisir le genre de monde dans lequel on a envie de vivre. Planter sa fourchette, c'est à la fois voter et élire. Une conséquence on ne...

Dis-moi où tu dégustes, je te dirai qui tu es ? A l'heure où manger s'affiche comme une profession de foi, voire un véritable engagement politique, plus personne n'est dupe : fréquenter une cantine plutôt qu'une autre revient à choisir le genre de monde dans lequel on a envie de vivre. Planter sa fourchette, c'est à la fois voter et élire. Une conséquence on ne peut plus logique en résulte, il faut être au mieux atrocement naïf pour s'en remettre aux algorithmes tripadvisorisés et aux influenceurs pullulant sur le Net lorsqu'il est question de se taper la cloche. On ne dira jamais assez le prix de l'information, même dans un secteur aussi " léger " que celui de la gastronomie. La sélection d'adresses que vous tenez entre les mains est le fruit d'un travail journalistique rigoureux, même s'il est forcément subjectif, qui découle de visites dans les endroits retenus. La base, dites-vous ? Rien de moins sûr à une époque où se produisent de nombreuses amnésies qui transforment les juges en parties. Pour rappel, tous les restaurants repris ici le sont avec ce qui constitue à nos yeux le minimum déontologique (l'anonymat, le paiement scrupuleux de la note, l'absence de liens avec les chefs...) La plupart affichent par ailleurs une addition sous la barre des 50 euros le couvert. Bien sûr, nous avons souhaité cette troisième édition aussi fraîche que possible. Côté Wallonie et Bruxelles, ce n'est pas moins d'une quarantaine d'établissements inédits qui ont été dénichés pour vous surprendre au détour d'une assiette. Nous avons également repensé les rubriques qui, pour cette nouvelle édition, font la part belle aux petits déjeuners ou à l'esprit de comptoir. Sans oublier, bien sûr, l'immense boulot de nos confrères néerlandophones qui déposent à vos papilles ce que la Flandre concocte de mieux.