De Denis Dailleux (Angers, 1958), on se rappelle les portraits d'enfants réalisés dans les années 90. Son talent s'y affichait manifeste. Le Français guidait son objectif vers l'intime, sans jamais verser dans le mièvre. L'exercice était d'autant plus significatif que les images étaient prises en banlieue, territoire propice à tous les raccourcis visuels,...