Comment naissent les légendes ? Il suffit d'un designer de showrooms passé au studio de création de Nike, de l'architecture du centre Georges Pompidou et sa chenille transparente comme inspiration, d'un tout premier coussin d'air visible dans la semelle d'une sneaker, d'un nom qui claque, Air Max, et de sous-cultures hip-hop ou gabber qui se l'approprient illico. Trois décennies plus tard, cette basket a toujours la cote. Même les filles s'en sont emparées. La marque à la virgule pense à elles puisqu'elle a confié le lifting de la Nike Air Max Dia à quatre femmes labellisées maison. Avec sa tige Nexkin revisitée et son esthétique " féminine " (sic) moins volumineuse, la voilà prête pour entrer dans la postérité.