Votre rêve d'enfantà

Depuis tout petit, je suis en admiration devant les métiers manuels. Je pouvais regarder un carrossier pendant des heures. Je n'ai donc pas trahi l'enfant qui est en moi.
...

Depuis tout petit, je suis en admiration devant les métiers manuels. Je pouvais regarder un carrossier pendant des heures. Je n'ai donc pas trahi l'enfant qui est en moi. Semer le bonheur autour de moi, rendre les autres heureux. Il n'y a que cela qui m'intéresse. Rouge. Un bordeaux bien vinifié. On retrouve ici ma passion pour la main de l'homme. En ce moment, j'ai un gros coup de c£ur pour un côtes de bourg, le Roc de Cambes 2004, une perle signée par François Mitjaville. Je peux tout aussi bien être séduit par un modeste faugères, s'il est bien fait. J'en ai tous les jours. Tout à l'heure quand ma chef de cuisine a cru m'apprendre qu'elle était enceinte. Sa tête quand je lui ai dit que je le savaisàSalé, sans hésiter. Amour et reconnaissance. Tant que j'ai cela, je m'endors et me réveille avec le sourire. Je viens du pays noir, du Hainaut. Mon père travaillait dans la mine. J'ai un souvenir halluciné de quand, petits, on allait le chercher et qu'on avait devant les yeux une vraie gueule noire. Aujourd'hui, ma vie est plutôt une piste verte en comparaison. Tous les matins, je foule pieds nus le sol de mon jardin. Un privilège unique que de rester ainsi en surface. Dans mon pays, on se fait enterrer avec une bouteille d'Ouzo. Avec le temps, l'alcool s'évapore. De cette façon, on peut donner l'illusion aux vivants que celui qui est enterré l'a bue. Cela me plairait assez de perpétuer ce genre de chimère. Je me sens particulièrement concerné dans le métier que j'exerce. Du coup, on travaille les produits au mieux. Par exemple, on épluche les carottes scrupuleusement pour ne pas en perdre une miette. On essaie de tout utiliser d'un légume. Le gaspillage m'est insupportable. A la carte des vins, une petite fleur signale les vins qui sont travaillés de façon naturelle ou biologique. Je n'ai pas de fierté qui se rapporte directement à moi. Je n'aime rien tant que réunir des gens autour d'un projet et de les voir motivés par cela. Le dernier bouquin d'Alain Ducasse. C'est exactement le genre de choses auxquelles je résiste mal. Les deux. Cigale pour le rapport à l'argent, fourmi pour le rapport au travail. L'accueil dans la restauration. C'est quelque chose de crucial. Quand on fait ce métier, on doit tout faire pour que les gens oublient leurs soucis le temps d'un repas. Peu importe les demandes, il faut y accéder. On est là pour donner du bonheur. Une petite adresse perdue à Hale, De Zogeraa. On y mange des choses toutes simples mais exquises. Les frites sont magnifiques, faites à la main et cuites au blanc de b£uf. Michel VerlindenOn est là pour donner du bonheur.