La plupart du temps installés au balcon, pas encore vraiment prêts à sortir définitivement de nos tanières, nous observons depuis quelques semaines maintenant la vie, et l'espoir, qui refleurissent. Comme autant d'éclosions, des pans entiers de notre existence d'avant rebourgeonnent et donnent un peu de couleu...

La plupart du temps installés au balcon, pas encore vraiment prêts à sortir définitivement de nos tanières, nous observons depuis quelques semaines maintenant la vie, et l'espoir, qui refleurissent. Comme autant d'éclosions, des pans entiers de notre existence d'avant rebourgeonnent et donnent un peu de couleur à notre quotidien. De plus en plus régulièrement, nous posons le pied dehors, sortant du sentier balisé des routines que nous nous étions imposées depuis mi-mars. Et nous butinons chaque petit bonheur avec d'autant plus de plaisir que nous en étions jusqu'alors privés. Bien sûr l'orage gronde à l'horizon, il se peut même qu'il nous arrose encore, mais nous retrouvons lentement nos repères, et qu'est-ce que c'est bon ! Depuis le début de cette crise, votre magazine est pensé et écrit à domicile. Nous nous voyons deux fois par semaine par vidéo-conférence, pour se souvenir qu'il s'agit d'un boulot collectif et se sentir un peu plus vivants, tout simplement. Quelques mots réconfortants, des questions, des hochements de tête et des pouces levés pour approuver les sujets... Et ça repart, journalistes, relecteurs, graphistes et assistante devant leurs écrans respectifs, avec la gestion de la maisonnée en prime. Un travail de fourmi avec un objectif commun, celui de vous offrir un moment de lecture et d'évasion. Une petite fleur à respirer en attendant que vos jardins intérieurs, et les nôtres, retrouvent toute leur superbe et leurs nuances... et que nous nous y promenions à nouveau, en toute insouciance. Merci à toute l'équipe !